DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les musulmans de France et le sentiment de stigmatisation

Vous lisez:

Les musulmans de France et le sentiment de stigmatisation

Taille du texte Aa Aa

L’Union des organisations islamiques de France (UOIF) a ouvert ce vendredi son 29ème rassemblement annuel en région parisienne. Ces rencontres se déroulent cette année dans un contexte pré-électoral marqué par une crispation des relations notamment avec le gouvernement, suite à l’affaire Merah.
Dans les allées du Parc des expositions du Bourget, on évoque le sujet. Sara Taharaoui, 22 ans, vient de Melun. “Ce qui s’est passé avec Mohamed Merah, dit-elle, bien sûr, toute la culture musulmane le condamne. De toutes les manières, on condamne le terrorisme. Le terrorisme ne fait pas partie de la religion musulmane. On est là aussi pour dénoncer cela”.

Suite à l’affaire Merah, le gouvernement a opéré plusieurs coups de filets dans les milieux islamistes présumés, il a interdit la venue d’imams jugés radicaux. Ce qui a renforcé le sentiment général de stigmatisation. “On ne se sentait pas bien à cause de ce qui s’est passé dernièrement à Toulouse”, confirme Mohamed Adoz, un des participants qui ajoute que “presque tous les Français aujourd’hui nous regardent un peu bizarrement”.

A deux semaines de la présidentielle, certains regrettent que le débat électoral se focalise sur l’islam et l’islamisme au détriment d’autres thèmes de campagne. Parmi eux, Marwan Muhamad, porte-parole du comité anti-islamophobie. “Ce qu’il faut comprendre, explique-t-il, c’est qu’il y a une espèce d’hypertrophie du discours porté contre les musulmans. On fait de cette histoire-là (la place des musulmans en France, ndlr), le sujet principal des élections présidentielles. Il n’y a plus de chômage en France, il n’y a plus de problème de logement, il n’y a plus de crise financière et économique, il y a juste un problème avec les musulmans”.

Cette rencontre des musulmans de France se déroule jusqu‘à lundi. 100 000 visiteurs sont attendus.
Expositions, conférences, temps de prière, cet événement est, selon le site internet de l’UOIF (http://www.uoif-online.com)censé favoriser une pratique éclairée de la religion et encourager une ouverture sur la société.