DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Turquie s'inquiète de l'afflux de réfugiés syriens


Turquie

La Turquie s'inquiète de l'afflux de réfugiés syriens

Certaines sources parlent de 3000 personnes qui ont franchi la frontière en une journée pour fuir les violences en Syrie. Face à cette situation, le Premier ministre turc a demandé à l’ONU de se montrer beaucoup plus ferme à l‘égard de Damas.

Les civils constituent l’essentiel des réfugiés, mais il y a aussi des déserteurs de l’armée loyaliste qui ont choisi de rallier l’insurrection. Tous souhaitent garder l’anonymat.
L’un d’eux assure que des Iraniens se trouvent en Syrie depuis le début du soulèvement. Il s’agit, selon lui, de “Gardiens de la Révolution qui participent à la répression”. Un autre insurgé ajoute : “on demande à la communauté internationale de nous fournir des armes. Ainsi, on pourra facilement et rapidement renverser le régime et libérer le pays”.

Depuis le début de la répression, plus de 24 000 Syriens ont trouvé refuge en Turquie. Sur place, dans les camps de déplacés, on affirme que le régime de Bachar Al-Assad a fait installer des mines le long de la frontière pour empêcher le passage des civils.

Ceux qui ont fui en Turquie espèrent pouvoir retourner un jour chez eux, mais ils ne sont pas vraiment optimistes. C’est ce qu’a constaté Mustafa Bag,, l’envoyé spécial d’euronews au camp de réfugiés de Reyhanli. “Quand le plan de Kofi Annan a été voté, dit-il, le sang devait arrêter de couler et les armes devaient se taire. Mais les refugiés pensent que cela ne servira à rien d’autre qu‘à faire gagner du temps à Bachar Al-Assad.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bruxelles : arrêt des transports publics suite au meurtre d'un contrôleur