DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La biennale de Marrakech


le mag

La biennale de Marrakech

En partenariat avec

Surprendre et chambouler – c’est ce qu’on attend de l’art contemporain. Nous sommes à la biennale de Marrakech et cette installation est l’oeuvre de l’artiste ukrainien Alexander Ponomarev.

C’est au Théâtre Royal que sont exposées la majorité des oeuvres.

La biennale de Marrakech cherche à construire des ponts entre les arts – c’est pourquoi les artistes invités travaillent avec les artisans traditionnels.

Vanessa Branson est le President de la biennale

“Les 39 artistes venus de l‘étranger ont passé plusieurs semaines l’année dernière à Marrakech pour s’inspirer de la ville. Et ensuite ils ont mis en avant des propositions. Pendant qu’ils étaient avec nous, on a parrainé chaque artiste avec des étudiants de l’université, et ces étudiants leur ont présenté des artisans et des gens qui pourraient les aider avec leurs projets.”

A travers l’art, sous toutes ses formes, la Biennale veut promouvoir les échanges inter-culturels et inter-disciplinaires. Son approche éducative s’adresse aux professionnels, aux étudiants et au grand public.

L’art contemporain intéresse beaucoup de jeunes marocains, mais rares sont ceux qui peuvent voyager pour voir des expositions.

Ihsane Boudrig est artist et enseigne l’art

“Ce que je trouve bien c’est que la biennale attire dans notre ville de nombreux artistes sans que nous ayons besoin de nous déplacer. Personnellement j’ai eu l’occasion de travailler et de créer dans d’autres pays, et je n’ai jamais vu autant d’artistes qu’ici à la biennale de Marrakech.”

Si peu d’oeuvres d’artistes marocains ont été sélectionnées pour la biennale, elles sont parmi les plus marquantes. L‘écrivain française Zahia Rahmani pense que dans le monde globalisé de l’art, les artistes sont inspirés par les mêmes causes.

Zahia Rahmani est écrivain française et historien de l’art

“Il me semble que l’art contemporain est mondialise et que on a vu aussi avec les évolutions arabes, il y a une sensibilité contemporain mondial de la jeunesse – elle est commune et que ce soit en Chine, que ce soit aujourd’hui en Syrie, que ce soit en Egypte a New York avec Occupy Wall Street que ce soit en Tunisie ou ici, il y a une sensibilité commune dans la jeunesse”

L’exposition du Haut Atlas au Théâtre Royal, ainsi que les principales installations de la biennale de Marrakech seront ouvertes au public jusqu‘à la fin du mois de mai.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Padman : quand les tablettes tactiles remplacent les instruments de musique