DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA : Rick Santorum ne brigue plus l'investiture républicaine pour la présidentielle


Etats-Unis

USA : Rick Santorum ne brigue plus l'investiture républicaine pour la présidentielle

L’ultraconservateur Rick Santorum s’est retiré de la course à l’investiture républicaine pour la présidentielle aux Etats-Unis. L’ancien sénateur de Pennsylvanie aura été un sérieux candidat. Il a remporté onze Etats. Il a réussi à imposer des débats sur l’avortement et le rôle de la religion dans la vie publique. Mais face à une baisse des intentions de vote, à des problèmes de financement et des soucis d’ordre familial, en l’espace d’une dizaine de jours, Rick Santorum a dû changer de discours : “Je sais que beaucoup de personnes, peut-être même à la Maison Blanche, vont écrire “game over”. Mais cette partie est loin, loin, loin d‘être finie. Nous allons continuer à faire campagne et nous battre pour être sûrs de battre le Président Barack Obama, de reprendre la Maison Blanche, de conquérir le Sénat et de défendre les valeurs qui font de nous des Américains.”

Pour Tom Mann, analyste au Brookings Institution,
“si Rick Santorum avait le moindre espoir de victoire en Pennsylvanie, il serait resté dans la course parce qu’il aimerait bien y rester et espérer un miracle (…) C’est bel et bien terminé maintenant, et ce sera officiellement terminé quand la Convention républicaine se réunira et que Romney sera nommé au premier tour.”

Le forfait de Santorum ouvre donc un boulevard au modéré Mitt Romney pour l’investure républicaine. Une bonne chose pour l’ancien gouverneur du Massachussets, qui aurait été affaibli par le maintien dans la course de l’ultraconservateur. De nouvelles défaites de Romney auraient été gênantes, avec le risque d’accentuer les divisions au sein du parti républicain.

Mais désormais, il va pouvoir revenir vers les électorats centriste, féminin et hispanique. Des électorats qu’il avait dû négliger dans son combat avec Santorum. Mitt Romney va également pouvoir économiser ses ressources financières pour la grande bataille, celle de la présidentielle du 6 novembre.

Certes, deux autres candidats restent dans la course à l’investiture, mais Newt Gingrich et Ron Paul ne représentent plus qu’une faible menace. La véritable cible à atteindre, c’est bien sûr Barack Obama. Et Mitt Romney ne compte pas lui faire le moindre cadeau. Il va notamment l’attaquer sur l‘économie, le seul domaine dans lequel les derniers sondages le placent devant l’actuel occupant de la Maison Blanche.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Séisme : Un vent de panique a soufflé sur Sumatra