DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Incrédulité et pessimisme dans les camps de réfugiés syriens


Turquie

Incrédulité et pessimisme dans les camps de réfugiés syriens

Impossible de croire à un vrai cessez-le-feu pour ces hommes et ces femmes qui ont fui les combats et ont quitté la Syrie… Ils ont perdu toute confiance en Bachar el-Assad. C’est ce qu’a constaté notre envoyé spécial dans le camp turc de Reyhanli.

Certains réfugiés s’informent toutes les heures de la situation chez eux.

“Le monde a l’air optimiste aujourd’hui, décclare ce réfugié, parce que la violence cesse ; mais le plan Annan ne cherche pas seulement la fin de la violence, il vise aussi le retrait des forces de sécurité syriennes des villes, ce qui n’est pas encore arrivé. Ce qu’il se passe maintenant c’est juste que les violences s’arrêtent pour quelques heures. Nous demandons à Annan de réagir immédiatement et de cesser de visiter des pays comme l’Iran et la Chine, dont nous considérons qu’ils sont les principaux soutiens de la Syrie, comme la Russie et le Hezbollah”.

Des dizaines de milliers de Syriens ont fui leurs villages et leurs villes depuis le début des hostilités. Souvent même, c’est à pied qu’ils ont franchi la frontière, et parfois sous les tirs des soldats syriens, qui veulent empêcher l’exode.

Mustafa Bag, euronews :
“Malgré le fait que le gouvernement syrien et l’opposition déclarent respecter le cessez-le-feu, on le voit derrière moi, des gens continuent de passer la frontière avec la Turquie”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie: les tireurs embusqués et les chars sont toujours dans les villes