DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une opéra sur Marina Abramovic par Robert Wilson

Vous lisez:

Une opéra sur Marina Abramovic par Robert Wilson

Taille du texte Aa Aa

Raconter la vie de la papesse de l’art corporel dans un opéra. Drôle de mis en abîme.
Surtout quand l’objet de l’oeuvre est Marina Abramovic. Sur les planches du Teatro Real de Madrid le metteur en scène américain Robert Wilson raconte le parcours de cette artiste serbe de 64 ans, connue pour ses performances extrêmes.

Marina Abramovic s’est lacérée, flagellée, elle a congelé son corps, elle a perdu connaissance. Elle est restée silencieuse pendant 736 heures.

Pour son opéra sur Marina Abramovic, Robert Wilson a fait appel à… Marina Abramovic.
Mais également à Willem Dafoe. Le comédien américain interprète le rôle de Ulay, l’artiste allemand qui a partqgé la vie de la Serbe jusqu’en 1988.

“Parfois je suis un élément émotionnel, parfois je suis un élément informatif”, explique-t-il. “Parfois je suis sur scène, parfois je commente ce qui se passe, parfois je suis un élément musical. C’est un grand plaisir pour moi de passer d’un mode à l’autre”.

C’est Antony Hegarty, le leader du groupe Antony and the Johnsons, qui a composé la musique originale de cet opéra qui s’appelle vie et mort de Marina Abramovic. Il a donc fallu tuer l’artiste sur scène.

“Dans la culture orientale, la mort fait partie de la vie”, souligne Marina Abramovic. “Il faut prendre conscience qu’on peut mourir à tout instant. Si on réalise cela au quotidien, alors on peut apprécier la vie encore plus”.

L’oeuvre de Marina Abramovic s’appuie sur la notion de limites. Qu’elle a toujours voulu repousser, écarter, balayer.

En 1988, après plusieurs années de crise, le couple formé par Marina et Ulay décide de se séparer. Mais quand on oeuvre dans l’art corporel, on ne fait pas ça comme tout le monde. Les deux artistes se postent chacun sur une extrémité de la muraille de Chine. Puis ils marchent l’un vers l’autre. Après 90 jours, ayant parcouru 2500 kilomètres, les amants se rejoignent. Et ils se disent simplement au revoir.