DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La communauté internationale dénonce une "provocation" de Pyongyang


Russie

La communauté internationale dénonce une "provocation" de Pyongyang

La tentative de lancement d’une fusée par la Corée du nord a fait l’objet de condamnations quasi-unanimes. Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils ne reprendraient pas leurs livraisons d’aide alimentaire à Pyongyang. Washington brandit également la menace de sanctions supplémentaires.

Par ailleurs, le conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni en urgence ce vendredi à New York pour évoquer le sujet. Un peu plus tôt, à Genève, Corinne Momal Vanian, porte-parole des Nations Unies, a lu un communiqué du Secrétaire général. “Ce lancement est une violation directe de la résolution 1874 du Conseil de sécurité et cela menace la stabilité régionale, a-t-elle précisé. “Le secrétaire général appelle la Corée du nord à ne pas effectuer de nouvelles provocations qui augmenteraient un peu plus la tension dans la région”, a-t-elle conclu.

La Chine, principale alliée de Pyongyang, mais aussi l’Inde et la Russie se sont contentés d’appeler au calme. “Il faut réagir à ces défis uniquement par des moyens politico-diplomatiques”, a commenté le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. “Nous appelons toutes les parties concernées à faire preuve d’un maximum de responsabilité, de retenue et à poursuivre les efforts pour reprendre les discussions du groupe des six”, a-t-il lancé.

Les pourparles du Groupe des Six (Corée du nord, Corée du sud, Japon, Chine, Russie et Etat-Unis) ont été engagées en 2003, mais elles sont au point mort depuis 2009. Il faut dire qu‘à cette date, la Corée du nord avait effectué un deuxième essai nucléaire.

Aujourd’hui, la communauté internationale craint que Pyongyang envisage un nouvel essai nucléaire dans les prochaines semaines.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pétrole : le ton monte entre l'Argentine et l'Espagne