DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Raz-de-marée de condamnations internationales après le lancement raté d'une fusée par la Corée du Nord


Corée du Nord

Raz-de-marée de condamnations internationales après le lancement raté d'une fusée par la Corée du Nord

Les réactions sont quasiment unanimes à condamner la tentative de lancement par la Corée du Nord d’une fusée transportant un satellite météorologique. A Séoul, les autorités sud-coréennes craignent une nouvelle provocation. Le Japon avait placé ses forces armées en alerte maximale.

Toshimitsu Shigemura, professeur de Relations Internationales à l’université japonaise Waseda : “Le Conseil de sécurité de l’ONU va probablement condamné cet essai. Reste à savoir s’il va voter de nouvelles sanctions, et si les Etats-Unis et la Corée du Sud aussi. S’ils ne le font pas, la Corée du Nord pourra penser qu’elle a gagné.”

La Chine a tardivement réagit, appelant simplement au calme et à la retenue. La Russie, elle, a critiqué officiellement Pyongyang mais refuse de nouvelles sanctions.

Sergei Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères : “Nous ne croyons pas que de nouvelles sanctions aideraient à régler la situation. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit assumer ses responsabilités dans l’accomplissement de sa mission et prendre des décisions qui permettront d‘évaluer précisément les faits, tout en essayant de relancer les négociations à six.”

A Washington, les ministres des Affaires étrangères du G8 se sont dits prêts à envisager toute mesure pour répondre à la provocation de Pyongyang. Tandis que de vastes exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, débutés fin février, doivent se poursuivre en mer, sur terre et dans les airs jusqu‘à la fin du mois d’avril.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit se réunir en urgence aujourd’hui pour discuter de la Corée du Nord.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Visite historique de David Cameron en Birmanie