DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jalili : "Nous croyons que les discussions doivent avoir lieu dans un cadre de coopération"

Vous lisez:

Jalili : "Nous croyons que les discussions doivent avoir lieu dans un cadre de coopération"

Taille du texte Aa Aa

A l’issue des discussions d’Istanbul, notre correspondant a pu s’entretenir avec Saïd Jalili, le négociateur en chef iranien pour le dossier nucléaire

Il lui a demandé si après quinze mois d’arrêt, la reprise des négociations signifiait qu’un nouveau processus était en marche ?

Saïd Jalili : “Il y a quinze mois à Istanbul, j’ai déjà dit que nous étions prêts à continuer les pourparlers immédiatement. Nous étions prêts. Nous croyons que les discussions doivent avoir lieu dans un cadre de coopération. Désormais nos interlocuteurs sont d’accord et nous nous en félicitons”

Saïd Jalili considère que l’Europe en crise est la première à souffrir des conséquences économiques des sanctions imposées à l’Iran

“Aujourd’hui les Européens payent un prix qu’ils ne méritent pas de payer. Ils manquent des opportunités et des possibilités, et cela aura un effet négatif sur la situation économique. Aujourd’hui la République Islamique d’Iran a de bonnes capacités d’exportations vers les pays de l’Union Européenne, principalement dans les secteurs de l‘énergie et du pétrole. Les Européens se privent aussi du marché iranien qui représente 70 millions de personnes.”

Selon le responsable iranien, L’Europe se couperait ainsi d’un débouché important pour ses exportations

“Il y a de grandes possibilités d’importations de produits européens mais le coût des sanctions imposées notamment sur les banques est payé par les Européens, parce que nous ne pouvons pas importer ou exporter. Des milliers d’emplois pourraient être créés”