DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le salut d'extrême-droite d'Anders Behring Breivik à l'ouverture de son procès

Vous lisez:

Le salut d'extrême-droite d'Anders Behring Breivik à l'ouverture de son procès

Taille du texte Aa Aa

S’est ouvert à Oslo le procès d’Anders Behring Breivik, responsable de l’un des pires épisode de l’histoire norvégienne. Il y a neuf mois, le 22 juillet 2011, il s’est rendu responsable de la mort de 77 personnes.

La question principale va tourner non pas autour des faits, que Breivik a reconnu, mais autour de sa santé mentale. Lui-même se revendique saint d’esprit, et veut plaider sa cause. L’accusé pourrait donc se servir de ce procès comme une tribune pour propager son idéologie d’extrême droite.

Jugé psychotique et donc pénalement irresponsable par un premier rapport psychiatrique l’an dernier, l’accusé a ensuite été déclaré sain d’esprit par une contre-expertise.

Les déclarations d’Anders Behring Breivik ne seront pas retransmises à la télévision, notamment pour ne pas heurter les familles des victimes.

Le procès s’annonce justement comme une épreuve très dure pour toutes les familles de victimes, qui vont revivre moins d’un an après le drame qui leur a fait perdre parfois plusieurs proches.

La journée de ce lundi doit être consacrée à la lecture de l’acte d’accusation et aux remarques préliminaires du ministère public, qui poursuit Breivik pour “actes de terrorisme”, mais l’accusé aura aussi l’occasion de s’exprimer sur sa culpabilité.

Son avocat a déjà indiqué qu’il plaiderait non-coupable. Breivik a bien reconnu les faits, mais il estime avoir agi “en légitime défense” contre “des traîtres à la patrie” coupables, selon lui, de brader la société norvégienne à l’islam et au multiculturalisme.

S’il est reconnu pénalement responsable, Breivik encourt jusqu‘à 21 ans de prison, la peine maximale en Norvège. Mais si en cours de détention il est considéré comme toujours dangereux, sa peine pourra être prolongée.

Anders Breivik, qui s‘était rendu à la police, a avoué depuis son arrestation avoir perpétré l’attentat à la bombe qui a frappé le quartier des ministères à Oslo le 22 juillet, faisant huit victimes. Aussitôt après, il s‘était rendu sur l‘île d’Utoeya où se tenait le camp annuel des jeunes travaillistes. Il y avait abattu en tout 69 militants.

Le procès de Breivik, qu’Euronews suivra régulièrement, devrait durer dix semaines.