DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Argentine provoque une crise avec l'Espagne en voulant nationaliser YPF, la filiale de Repsol

Vous lisez:

L'Argentine provoque une crise avec l'Espagne en voulant nationaliser YPF, la filiale de Repsol

Taille du texte Aa Aa

La présidente Cristina Fernandez de Kirchner a décidé hier de présenter au Congrès un projet de loi d’expropriation à hauteur de 51% d’YPF, filiale détenue à 57,4% par le groupe espagnol.

Une décision condamnée par Bruxelles. Madrid promet des représailles :

“Le gouvernement espagnol condamne avec une énergie absolue la décision arbitraire prise par le gouvernement argentin d’exproprier partiellement le groupe pétrolier YPF, filiale de l’Espagnol Repsol”, déclare le chef de la diplomatie espagnole José Manuel García Margallo.

“Chaque décision hostile contre une entreprise espagnole dans le monde est une décision hostile contre l’Espagne et son gouvernement”, affirme José Manuel Soria, le ministre espagnol de l’Industrie.

La présidente argentine parle d’une récupération et non de nationalisation. Elle reproche à Repsol de ne pas assez investir dans sa filiale. Le prix auquel Repsol doit être exproprié sera déterminé par un tribunal d‘évaluation selon Buenos Aires.

Cristina Fernandez de Kirchner fait pression sur les pétroliers pourqu’ils augmentent leur production nationale.

La compagnie YPF assure un tiers de la production pétrolière nationale et contrôle 52% des capacités de raffinage du pays.

Un enjeu majeur pour l’Argentine dont la facture pétrolière a doublé l’an dernier.