DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le créateur du web appelle à la manifestation


France

Le créateur du web appelle à la manifestation

Pour l’inventeur du World Wide Web, Tim Berners Lee, il est urgent de manifester contre les lois qui restreignent la démocratie et limitent la liberté du web.

C’est à l’occasion de la conférence www2012 organisée à Lyon, en France, que Berners Lee a enjoint son auditoire à battre le pavé. Dans une ambiance quasi messianique, la salle a suivi une de ses rares déclarations publiques. Il a incité chercheurs et développeurs – la plus grande composante de l’auditoire du jour – à orienter au maximum leurs travaux vers des applications web gratuites et libres plutôt que vers des plateformes fermées telles que iPhone, iPad (Apple) ou autre Androïd (Google).

Pour Berners Lee, « Internet libre et ouvert est primordial pour la démocratie. Si celle-ci est menacée, défendez-là en descendant dans la rue. C’est un devoir, un impératif que vous devez absolument suivre.»

L’ingénieur britannique en technologies de l’information et de la communication, qui a développé les bases du web à la fin des années 1980, a pointé du doigt les projets de lois américain et anglais qui permettraient aux gouvernements et majors de l’industrie d’accéder sans contraintes aux données personnelles des internautes.

Berners Lee collabore avec le gouvernent britannique en tant que consultant. Il se montre néanmoins critique des projets que ce même gouvernement entend mettre en place et qui limiteraient les libertés individuelles sur les réseaux sociaux et sur le web. D’autant que Berners Lee « ne voit pas de projet pour mettre en place une instance indépendante pour superviser et contrôler les données que le gouvernement pourrait consulter.»

Pour Berners Lee, les nombreuses actions et manifestations aux États-Unis qui ont conduit à enterrer l’arsenal législatif (SOPA et PIPA) sont des exemples à suivre. Mais le projet visant à les remplacer, baptisé CISPA (Cyber Intelligence Sharing and Protection Act), n’est pas une alternative acceptable selon lui. Il estime que tout doit être fait pour ne pas entraver la liberté d’accès à tous les contenus en ligne.

Par ailleurs, Berners Lee estime que dans de nombreux cas, il serait judicieux de pouvoir disposer des données personnelles (i.e. une enseigne de vêtement qui partagerait des informations sur la taille et les mensurations de sa clientèle, ce qui permettrait aux clients de trouver dans chaque magasin des articles parfaitement adaptés à leur morphologie).

Ce jeudi, Berners Lee participe à une table ronde avec Neelie Kroes (vice-Présidente de la Commission européenne, chargée de l’agenda numérique) autour du thème : « le web est-il un droit humain ? ». Les débats aborderont sans doute ACTA, le traité international qui vise à renforcer la propriété intellectuelle, actuellement en discussion au Parlement européen.

Mais le père du web met en garde. Cette notion de droit humain, dans cette perspective numérique, risque d’être dépouillée de toute notion philosophique, au profit d’intérêts mercantiles et sécuritaires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : la mission des observateurs se poursuit, les bombardements aussi