DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Networking européen pour les PME


business planet

Networking européen pour les PME

L’Estonie est le pays le plus connecté à internet d’Europe. Dans la petite république balte de 1,3 million d’habitants, on peut monter une SARL en 24 heures sur le web et on vote même avec son téléphone portable. Et les technologies made in Estonie s’exportent dans le monde entier.

Parmi les belles histoires estoniennes, celle de Fortumo. Cette entreprise, créée en 2007 par un groupe d‘étudiants, élabore des systèmes de paiement via les téléphones portables pour pallier notamment l’absence de cartes bancaires chez les jeunes ou dans certains pays émergents.

Très vite, on a réalisé ici que, pour se développer, il fallait absolument franchir les frontières. Pour cela, la jeune start-up a fait appel à Enterprise Europe Network, un réseau mis en place par la Commission Européenne et qui compte quelque 600 membres, auprès desquels les PME obtiennent des conseils, des contacts, et toutes sortes d’aides dans leur conquête de nouveaux marchés.

“Cela nous a aidé à peut-être prendre plus de risques et tenter notre chance sur davantage de marchés, ce qu’on aurait pas fait tout seuls”, souligne Martin Koppel, le jeune PDG de l’entreprise. “Cela nous a donné une meilleure organisation financière”.

“Nous avons établi des partenariats avec des entreprises européennes grâce à ce réseau, grâce aux contacts, grâce aux rencontres réalisées dans le cadre de ces programmes européens”, poursuit Andrei Demnetjev, chef des opérations.

Aujourd’hui, l’entreprise a lié des partenariats avec d’autres PME dans plus de 60 pays à travers le monde. Elle possède un bureau à San Francisco et travaille avec les plus grands développeurs de jeux vidéo de la planète.

“Il y a deux ans, on n’aurait même pas pu imaginer d’envoyer un mail à ces entreprises, encore moins de travailler avec elles !”, sourit Andrei Demnetjev. “Maintenant on collabore avec les 30 plus grandes sociétés mondiales de développement de jeux vidéo. On a des retours positifs, on aime ce qu’elles produisent, elles aiment ce qu’on produit et comment on le produit. C’est vraiment une belle preuve de succès pour nous”.

Autres signes qui ne trompent pas : les effectifs devraient passer de 25 à 35 salariés cette année. Le chiffre d’affaires de 2011 (plus de 4,3 millions d’euros) a été multiplié par 2 par rapport à celui de 2010.

La clé du succès pour ces jeunes entrepreneurs du web ? “Penser à l’international dès le début, être là où les clients sont et saisir chaque opportunité”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

business planet

Eco-innovation : l'union fait la force