DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

OTAN : la stratégie de sortie des troupes alliées d'Afghanistan


Le bureau de Bruxelles

OTAN : la stratégie de sortie des troupes alliées d'Afghanistan

La stratégie de sortie des troupes occidentales d’Afghanistan va être au coeur de la réunion des 28 ministres des Affaires étrangères et de la Défense quelques jours après la série d’attentats survenus à Kaboul. Officiellement au quartier général de l’OTAN, l’Alliance Atlantique Nord, on met en avant les progrès réalisés par l’Afghanistan depuis que les forces alliées sont présentes dans le pays. Les attentats des talibans du week-end dernier ont été repoussés par les forces afghanes elles-mêmes, dit-on ici.

Anders Fogh Rasmussen, Secrétaire général de l’OTAN
“Nous avons vu que les forces de sécurité afghanes agissent désormais de manière très professionnelle s’agissant des défis sécuritaires. Je suis maintenant très confiant”.

Mais cette optimisme ne reflète pas la réalité des opinions publiques. L’Australie a décidé de retirer son contingent militaire du pays un an plus tôt que prévu, comme l’ont déjà fait les Pays-Bas et comme l’a annoncé la France. La stratégie des alliés de retirer l’ensemble des forces militaires en 2014 sera également l’un des principaux sujets au sommet de Chicago. C’est ce qu’explique Thomas de Maizière, le Ministre allemand de la Défense…

“Notre réunion commune des Ministres des Affaires étrangères et de la Défense aujourd’hui et demain va permettre de préparer le sommet de l’OTAN à Chicago. Nous allons également faire un état des lieux de nos moyens et réfléchir à comment mieux travailler ensemble dans le futur.”

Notre correspondant explique que les ministres affichent leur satisfaction quant à leur coopération transatlantique en Libye. Ils jugent que l’Europe est maintenant davantage en sécurité. En revanche, l’OTAN s’inquiète de nouvelles menaces, des menaces qui pourraient venir de l’Est cette fois-ci si le retrait des forces alliées d’Afghanistan entraine le chaos dans le pays.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Repsol: "L'Argentine contre Repsol sape la stabilité que les investisseurs recherchent"