DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle égyptienne : trois favoris exclus

Vous lisez:

Présidentielle égyptienne : trois favoris exclus

Taille du texte Aa Aa

La commission électorale égyptienne l’a confirmé mardi soir : Dix des 23 prétendants au scrutin présidentiel sont définitivement exclus de la course.

Parmi eux, trois favoris : Omar Souleimane, l’ancien chef des services secrets d’Hosni Moubarak, le salafiste Hazem Salah Abou Ismaïl, et l’homme d’affaire Kaïrat Al-Chater, principal candidat des Frères musulmans.

Une décision bien accueillie par une partie de la population.

Pour un passant, “c’est une bonne décision qui démontre l’intégrité du système judiciaire qui n’a pas été influencé par l’opinion public et par l’administration. Cela a soulagé ceux qui détestent les héritiers de l’ancien régime et ceux qui avaient peur des islamistes.”

Selon un autre habitant du Caire, “ces disqualifications sont un soulagement, notamment pour les cas de Omar Souleimane, Kaïrat Al-Chater et Hazem Salah Abou Ismaïl… Ce sont eux qui étaient au centre du problème. Il y a une réelle surveillance judiciaire, donc il ne doit pas y avoir d’objections. La décision se fera dans les urnes.”

Mais les partisans d’Abou Ismaïl, disqualifié car sa mère possédait la nationalité américaine, ne sont pas du même avis.

Pour l’un d’entre eux, “la commission électorale n’est pas légale, c’est une commission administrative et elle ne devrait pas avoir la décision finale sur ce genre de sujet. Lorsqu’ils ont annoncé leur décision à Abou Ismaïl, ils ont sorti un document sans aucun cachet officiel… S’ils nous prouvent que sa mère était américaine, nous partirons.”

Depuis mardi, environ 300 salafistes campent devant le siège de la commission électorale pour que leur candidat soit réintégré dans la course présidentielle.