DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bahreïn : le grand prix de Formule 1 contesté par l'opposition chiite


Bahreïn

Bahreïn : le grand prix de Formule 1 contesté par l'opposition chiite

A la veille du grand prix de Formule 1 de Bahreïn, des opposants au régime ont manifesté à Manama, la capitale du royaume, contre la course automobile. Quand sur le circuit ce vendredi doivent débuter des essais, dans la rue c’est la démocratie qu’on réclame.
Nabeel Rajab, militant des droits de l’Homme n’est pas contre la compétition de Formule 1, mais
“contre le fait de récompenser les dictateurs : le grand prix de formule 1, dit-il, est l’occasion d’une campagne de relations publiques pour l‘élite dirigeante, pour ses dictateurs répressifs”.

Les opposants chiites lancent un appel à la solidarité aux sportifs de Formule 1, avec à l’appui des photos de Murtadha Salah, joueur de volleyball emprisonné.

Le grand prix de Bahreïn avait été annulé l’an dernier, en raison de la contestation. Signe de la tension toujours très vive cette année, les autorités renforcent la sécurité, refusant même des visas à des journalistes étrangers.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Cannes : sélection dévoilée