DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Italie : les soirées bunga-bunga ? Des "dîners élégants", selon Berlusconi


Italie

Italie : les soirées bunga-bunga ? Des "dîners élégants", selon Berlusconi

Devant la justice italienne, Silvio Berlusconi a donné SA version des parties fines organisées dans sa résidence. L’ancien chef du gouvernement s’est exprimé ce vendredi au tribunal de Milan lors d’une audience du procès dit Rubygate. Et selon ses dires, il ne s’agissait pas de soirées sexuelles mais donc de “jeux burlesques” qui se déroulaient dans une ambiance “de bonne humeur et de sympathie”.

“Ce qui se passait chez moi, a-t-il expliqué, c’est très simple : ce n‘étaient que des dîners élégants. Tout a toujours été très correct”.

Dans cette affaire, des filles ayant participé à ces soirées ont donné une autre version, autrement plus sulfureuse.

A leur égard, Silvio Berlusconi se veut magnanime. “Ces filles, a-t-il dit, c’est moi qui les entretiens. Elles ont tout perdu avec ce procès. Elles sont ruinées et en plus, elles sont déshonorées pour toujours. Certaines ont perdu leur petit ami, et peut-être qu’elles n’en retrouveront jamais. Je me sens responsable car le seul crime de ces filles, c’est d’avoir accepté un dîner à la résidence du président du Conseil”.

Dans ce dossier Rubygate, Berlusconi est accusé de prostitution sur mineure. Il aurait payé à plusieurs reprises une jeune Marocaine surnommée “Ruby” pour des prestations sexuelles, alors que la jeune fille était mineure. Ce délit est passible de trois ans de prison.

L’ex-président du Conseil est également jugé pour abus de fonction. Il serait intervenu auprès de la police de Milan pour faire libérer Ruby interpellée fin mai 2010 pour un vol présumé.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Résultats des présidentielles : Black out avant 20h