DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : l'interdiction de publier des chiffres avant 20h fait débat


France

France : l'interdiction de publier des chiffres avant 20h fait débat

Le scrutin du 6 mai prochain pourrait bien être perturbé par de nouvelles fuites sur internet.

Comme lors du premier tour, la fermeture échelonnée des bureaux de vote de 18h à 20h devrait inciter les médias francophones étrangers à publier des estimations de résultats fournis par les sondeurs français avant l’heure légale de 20h. De quoi peut-être fausser l‘élection si elle s’avère serrée.

Si pour l‘éviter, la Commission de contrôle de la campagne a proposé ce lundi matin que pour le second tour, le vote soit autorisé partout jusqu‘à 20h, le ministère de l’Intérieur a rejeté cette idée. “On ne change pas les règles du jeu entre les deux tours”, a t-il indiqué.

Guy Carcassonne, professeur de droit public :
“S’il y a 10.000, 50.000, 100.000, un million de personnes qui ont de fuites avant 20h, sur 45 millions d‘électeurs, ça n’a aucune importance, donc c’est véritablement prendre un marteau pour écraser une mouche, ça ne sert a rien, il vaut mieux garder les choses telles qu’elles sont”.

Le Parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête sur ceux qui ont brisé l’embargo ce dimanche, notamment des médias belges et suisses mais aussi l’AFP qui a diffusé auprès de ses clients des estimations de résultats.

Un délit passible d’une amende pouvant atteindre 375.000 euros.

Giovanni Magi, Euronews, Paris :
“Les règles qui empêchent la diffusion de données sensibles remontent à il y a plus de trente ans, quand il n’y avait ni internet ni réseaux sociaux. Beaucoup se demandent si ce n’est pas le moment de changer ces règles. Le débat est ouvert.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une cyber-attaque contre le pétrole iranien