DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Charles Taylor, sang et diamants

Vous lisez:

Charles Taylor, sang et diamants

Taille du texte Aa Aa

Derrière Charles Taylor, il y a une longue liste d’horreurs. Crimes de guerre, crimes contre l’humanité et autres graves violations du droit international en Sierra Leone, en tout onze chefs d’inculpation dont a eu à répondre l’ancien président du Libéria durant ce procès ouvert en juin 2007.

A la tête du Libéria de 1997 à 2003, Charles Taylor a été reconnu coupable d’avoir “aidé et encouragé” une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone voisine et de ses diamants, lors d’une guerre civile meurtrière de 11 ans.

Durant ces années, pillages, massacres, tortures, mutilations se sont succédé, perpétrés par les rebelles sierra-léonais du RUF, le Front révolutionnaire uni, que l’ancien président dirigeait en sous-main en leur fournissant armes et munitions.

Malgré l’armistice signé entre les rebelles et le gouvernement en 1999, ceux ci ont continué les combats avant d‘être neutralisés, recrutant des enfants soldats, avec l’appui de Taylor.

Taylor a été reconnu coupable d’avoir financé l’effort de guerre des rebelles : il leur fournissait
des armes en grande partie achetées au marché noir en échange de diamants.

Les fameux “diamants du sang”, sur lesquels des personnalités comme le top model Naomi Campbell, qui en avait reçu un en cadeau, ont été appelés à s’expliquer au cours du procès… Le mannequin affirma alors ne pas savoir d’ou venaient “ces sales petits cailloux” .

Un procès fleuve, ou les juges ont eu entre les mains un dossier de 50.000 pages et entendu les témoignages de dizaines de victimes de tortures, massacres, viols, actes de cannibalisme visant à semer la terreur dans la population civile.