DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un système de recyclage mobile

Vous lisez:

Un système de recyclage mobile

Taille du texte Aa Aa

“On a developpé une machine mobile, ce qui signifie qu’on peut bouger d’un recycleur à un autre et extraire des substances rares et précieuses des déchats électroniques, principalement des métaux comme par example l’or et l’argent ou encore du cuivre, de l’yttrium ou du lithium”, explique Bernd Kopacek, directeur de SAT.

Le système de recyclage mobile se trouve à l’intérieur de ce container – actuellement basé dans les faubourgs de Belgrade.

L’idée est d’offrir à de petites compagnies de recyclage de nouveaux moyens d’extraire des métaux précieux des déchets électronique

Francesco Veglio, Professeur de génie chimique à l’université de l’Aquila :
“Par exemple, ceci est une poudre que vous trouvez dans les tubes cathodiques, mais cette partie des déchets qui contient une grande quantité d’yttrium, environ 10% est généralement envoyé à la poubelle”

Plus de perte, les tubes cathodiques sont broyés et la poudre est versée dans le mélange.

Francesco Veglio, Professeur de génie chimique à l’université de l’Aquila :
“Pour vous donner une idée de ce que l’on fait c’est un peu comme préparer le café le matin. On appelle cette opération le lessivage. L’eau pénètre le solide et rend le café soluble”.
Et de poursuivre : “Bien sûr pour récupérer l‘élément qui nous intéresse, par example l’yttrium que l’on trouve dans cette poudre, on ajoute des réactifs chimiques qui rendent cette opération possible”.

Le résultat peut ressembler à de la vulgaire boue, mais l’yttrium est un élément crucial à la fabrication de LEDs.

Alors quels autres vieux gadgets contiennent des métaux précieux ?

“Les PC, les livres électroniques, les lecteurs DVD, les néons, les écrans de télé, d’ordinateurs, les batteries, etc.”, dit Bernd Kopacek

SET Reciklaza à Belgrade est l’un des partenaires de ce projet européen qui developpe le système.

Le but est d’offrir aux compagnies d’europe de l’est les mêmes capacités de recyclage que celles de l’ouest.

“Nous sommes en Serbie pour un mois, puis nous irons dans une compagnie peut être plus grande, nous serons ensuite en Roumanie pendant deux mois et nous continuerons…” conclu Bernd Kopacek.