DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2012: combien ça coûte à l'Ukraine et combien ça peut lui rapporter?


road-to-euro-2012

Euro 2012: combien ça coûte à l'Ukraine et combien ça peut lui rapporter?

C’est une pièce de monnaie faite d’or pur, elle pèse 500 grammes et vaut presque 35.000 euros. Une pièce que la Banque nationale d’Ukraine a créée spécialement à l’occasion du Championnat d’Europe de football que le pays co-organisera avec la Pologne du 8 juin au 1er juillet prochain. Les représentants de la Banque affirment qu’ils ont déjà reçu plus de 100 commandes pour cette pièce de collection. Pendant ce temps, les organisateurs de l’Euro 2012 se demandent bien comment ils vont pouvoir faire pour obtenir des retours sur investissements. Ce n’est pas gagné, à en croire Oksana Kuzyakiv, directrice d’un Institut de recherche économique et de conseil politique.

“Si vous m’aviez posé cette question il y a un an, à moi ou aux représentants du monde des affaires en Ukraine, je pense que nous aurions été beaucoup
plus optimistes que nous ne le sommes maintenant”.

Oksana Kuzyakiv ajoute que le plus grand problème de l’Ukraine dans la préparation à l’Euro a été l’absence d’investissements privés – tous les grands projets ont été financés par l’Etat.

“C’est un handicap et la question que ça soulève, c’est qui va vraiment payer pour l’Euro? Ce seront les contribuables et leurs enfants. Il faudra aussi savoir quand et comment la facture sera payée. Même si je pense que l’influence de l’Euro sur l‘économie ukrainienne sera neutre. Cela n’aura pas d’effets négatifs”.

Il y a plus optimiste quand il s’agit d‘évoquer la préparation à l’Euro et son impact sur l‘économie ukrainienne. Il suffit pour cela d’interroger Andriy Stepanov, l’un des associés du département ukrainien du cabinet d’audit international Deloitte.

“Nous ne devrions pas mesurer l’impact de l’Euro 2012 simplement en se basant sur les effets à court terme, pendant la durée du tournoi. Avant tout parce que 80 % des investissements ont été consacrés à des infrastructures de base pour le tourisme, les transports, etc. Ce sont des projets qui ont été mal financés ou pas financés du tout au cours des 20 dernières années. Et l’Euro a été une super opportunité pour les mener à bien. Il n’y a que les stades que nous pouvons qualifier d’investissements liés au football; les autres infrastructures, nous nous en servirons au quotidien pendant des décennies”.

Les deux spécialistes que nous avons interrogé sont d’accord pour dire que l’Euro aura un impact sur le pays à court terme et à long terme. La compétition va permettre de faire découvrir l’Ukraine aux touristes européens et aux hommes d’affaires.

Mais de là à en retirer un bénéfice immédiat, c’est mission impossible, de l’aveu-même de Volodymyr Goncharov, directeur régional de l’un des sponsors principaux de l’Euro.

“Nous ne vendons pas des souvenirs en pure perte. Mais on ne peut pas dire pour autant que c’est une affaire incroyablement rentable et que nous voulons gagner exactement telle somme d’argent”.

Vilen Matveev, qui représente la société qui va s’occuper des fans-zones implantées à Kiev et à Kharkiv, estime que l’Euro 2012 n’est pas rentable en soi mais qu’il est porteur en terme d’image.

“Je dois reconnaître que c’est indubitablement un projet risqué, mais il faut aussi tenir compte des possibilités, des retombées que ça offre. Pour l’immédiat, nous ne voyons pas de superprofits. L’investissement général pour les deux villes est autour de 3 millions d’euros. Et nous nous attendons à obtenir un léger bénéfice net”.

Selon les prévisions les plus optimistes, l’Ukraine pourrait gagner pendant le tournoi jusqu‘à un milliard d’euros. Mais d’un autre côté, selon différentes sources, le pays a investi plus de 4 milliards pour préparer l‘échéance. Un chiffre contesté par le Président Viktor Ianoukovytch qui parle plutôt de 3 milliards et 300 millions d’euros.

Une chose est sûre, l’Ukraine n’aura pas assez des 24 jours du tournoi pour couvrir toutes ses dépenses. Mais ce que le pays peut gagner avec cette compétition n’est pas quantifiable. L’image de marque de l’Ukraine vaut beaucoup plus qu’une simple somme d’argent.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

road-to-euro-2012

Le football ukrainien version féminine et jeune