DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Europe : Croissance ou rigueur?


monde

Europe : Croissance ou rigueur?

Austérité ou croissance? Faut-il desserrer l‘étau de la rigueur? Le débat s’intensifie en Europe.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent, en dépit des mesures d’austérité draconniennes prises pour sortir de la crise de la dette … En Espagne, le taux de chômage a atteint un nouveau taux record la semaine ou le parlement dominé par le Parti Populaire a adopté le budget le plus austère depuis les années 70.

Mariano Rajoy:
“La politique d’austérité, ce n’est pas la politique d’Angela Merkel. C’est la politique de l’Union Européenne, c’est la politique de l’Euro. C’est La Politique d’un projet dans lequel on est tous parce qu’on l’a voulu ainsi, délibérément. “

Austérité, le maître mot. Mais les doutes se multiplient sur la portée de la discipline budgétaire que l’Allemagne défend comme la sortie à la crise.

Le président de l’Union européenne Herman Van Rompoy a déclaré jeudi que la croissance est “la principale priorité des leaders européens”.

Même le Premier ministre italien, Mario Monti, un technocrate nommé pour mettre l’ordre dans les finances italiennes, a plaidé pour une économie de l’UE axée sur la croissance: «Les réformes structurelles en soi ne généreront jamais de croissance, parce que si un pays devient plus productif et plus compétitif, mais qu’il n’y a pas de demande pour ses produits intérieurs, la croissance ne se matérialisera pas. En fait, toutes les réformes structurelles et d’assainissement budgétaire que nous sommes en train de mettre en place ne créent pas de croissance “.

Le débat a été totalement ouvert lorsque Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a demandé de ne pas se limiter à des mesures d’austérité. Selon lui, un pacte de croissance est nécessaire.

Un débat qui va au-delà des frontières de la zone euro. Il existe aussi au Royaume-Uni, en récession et avec un taux de chômage record.

David Cameron : “Nous devons rééquilibrer notre économie, avoir un plus grand secteur privé. Nous avons besoin de plus d’exportations, de plus
d’investissements. Nous maintiendrons notre plan, de faibles taux d’intérêt, et ferons notre possible pour stimuler la croissance, la compétitivité et l’emploi dans notre pays. “

La chancelière Angela Merkel reste sur sa position: pas de négociation de l’accord de discipline budgétaire … C’est pourtant ce que le socialiste François Hollande souhaite faire s’il gagne les élections présidentielles la semaine prochaine en France.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Explosions coordonnées dans la troisième ville d'Ukraine, des blessés