DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un euro multiple


u talk

Un euro multiple

Elodie, Lyon, France :
“La politique de monnaie forte menée par la Banque centrale européenne ne nuit-elle pas aux pays de l’UE qui mènent une politique de monnaie faible ?”

La réponse de Franco Bruni de l’université Bocconi à Milan :
“Je ne pense pas que la politique monétaire de la BCE soit restrictive ou que le taux de change de l’euro soit trop fort. Au contraire, sa politique monétaire est très expansionniste. Le taux d’intérêt est assez bas depuis longtemps et l’Europe est submergée par beaucoup de liquidités monétaires. Il ne s’agit pas du tout d’une politique monétaire forte.

Le vrai problème, pourrait-on dire, c’est que la BCE a certaines difficultés à adapter sa politique à chaque situation nationale. Je pense que nous ne pouvons pas avoir une politique monétaire unique tant que les marchés ne seront pas mieux intégrés.
En fait, nous avons besoin de règles financières uniformes, mais aussi de marchés financiers et monétaires et d’un système de paiement qui chacun, soient unifiés.
Ce n’est que dans ces conditions qu’une politique monétaire unique pourrait fonctionner pour tous.

Un autre problème auquel nous sommes confrontés, c’est que la transmission de cette politique du centre vers la périphérie s’effectue à des vitesses et des rythmes différents. C’est effectivement une difficulté majeure.”

Merci aux écoles du groupe ISEG à Lyon et à l’ISPI, institut des études politiques internationales, à Milan.

“Si vous souhaitez vous aussi poser une question, cliquez sur le bouton ci-dessous.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

u talk

Passeport pour travailler