DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France: la "dérive" de Nicolas Sarkozy critiquée dans son propre camp

Vous lisez:

France: la "dérive" de Nicolas Sarkozy critiquée dans son propre camp

Taille du texte Aa Aa

En France, Nicolas Sarkozy est critiqué au sein de son propre camp face à sa stratégie à l‘égard des électeurs d’extrême-droite tandis que d’anciens candidats du premier tour de l‘élection présidentielle l’ont accusé d’utiliser “des propos pétainistes”. Mais pour le chef de l‘état sortant, le “système médiatique” voudrait “l’empêcher de parler” aux électeurs du Front national. “Pendant qu’il y sont, il fallait interdire à Mme Le Pen de se présenter au premier tour, si ça les gênait.(…) Personne ne m’empêchera de parler au peuple de France, à tout le peuple de France”, a lancé le président sortant à Dijon hier. Nicolas Sarkozy a dénoncé un “procès stalinien” à son encontre.

Hier soir, le meeting du candidat socialiste débutait avec le chant des partisans dans le Limousin, haut lieu de la Résistance pendant la seconde guerre mondiale. François Hollande a dénoncé une dérive de son rival vers l’extrême-droite. “Il va chercher vers l’extrême-droite ce qui lui a manqué. Il s‘était affiché comme un candidat de la droite décomplexée. Ce n’est plus maintenant décomplexé, c’est une transgression qu’il est en train d’assumer. Et c’est une dérive que nous constatons: dans le vocabulaire, dans les thèmes, dans les expressions, sur l’immigration, sur l’islam, sur la sécurité et maintenant c’est dans le programme de l’extrême-droite qu’il vient s’approvisionner ou piocher.”

Dans la matinée, l’ancien Premier ministre UMP Dominique de Villepin avait estimé que Sarkozy avait dépassé “les lignes rouges républicaines”. Selon un député UMP, un grand nombre de parlementaires” de droite sont “très gênés” par la stratégie du président sortant. Une stratégie qui se poursuivait hier soir. Une responsable UMP a accusé une porte-parole de François Hollande d’appartenir au Conseil de la communauté marocaine de l‘étranger. Une appartenance qui n’est pourtant plus d’actualité.

Avec AFP