DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Murdochgate : le gouvernement Cameron dans la tourmente

Vous lisez:

Murdochgate : le gouvernement Cameron dans la tourmente

Taille du texte Aa Aa

Depuis la fermeture surprise de News of the World en juillet 2011, le scandale des écoutes illégales ne cesse de secouer l’empire médiatique de Rupert Murdoch.

Pour faire face à cette affaire qui a profondément choqué les Britanniques, David Cameron
a nommé une commission d’enquête sur les écoutes présidée par le juge Leveson et lancé une réflexion sur une nouvelle réglementation de la presse en Grande-Bretagne.

Et pour cause, à part les écoutes illégales, Rupert Murdoch et son fils James sont suspectés d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur de la part d’un ministre de Cameron quand ils tentaient d’acheter la totalité de BSkyB.

News Corporation, qui détient 39% de BskyB, le principal bouquet de télévisions satellite en Grande- Bretagne, avait dû renoncer à l’opération d’achat en juillet dernier, lorsque le scandale des écoutes avait éclaté.

Or, la Commission Leveson a révélé qu’un conseiller du ministre des Médias et de la Culture, Jeremy Hunt, aurait informé News Corporation que le ministre appuyait son offre d’achat de BSkyB.

Hunt nie avoir violé le code de conduite ministériel et ajoute : “Je vais transmettre tous mes courriels privés à mon conseiller spécial dans l’enquête Leveson, et je suis sur qu’ils attesteront que j’ai conduit le processus de fusion de BSkyB avec une intégrité totale.”

Mais l’opposition travailliste n’entend pas lâcher l’affaire. Ed Miliband demande carrément la démission de Hunt, qu’il accuse d’avoir “conseille et privilégie” News Corporation”. Le premier ministre David Cameron soutient, pour l’instant, son ministre des Médias et de la culture. Il n’y a, dit-il, aucune preuve qu’il ait agi incorrectement avec l’empire Murdoch.