DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gaël Sliman (BVA) : "Les débats télévisés n'ont jamais changé la donne"


France

Gaël Sliman (BVA) : "Les débats télévisés n'ont jamais changé la donne"

Quel impact le duel télévisé entre Nicolas Sarkozy et François Hollande pourrait-il avoir sur le résultat de l‘élection présidentielle française ?
Voici l’analyse de Gaël Sliman, le directeur de BVA, Institut d‘études de marché et d’opinion.

Giovanni Magi, euronews
En général en France un débat télévisé peut-il changer la done des élections?

Gaël Sliman, Directeur de BVA Opinion
“Les débats télévisés il en existe depuis bientôt une quarantaine d’années. Ils n’ont jamais changé la done, en tous cas ça n’a jamais été prouvé. Tous les sondages effectués avant et après les débats ont montré qu’il n’y avait eu aucun changement”.

euronews
Quelles sont les tendances du report des voix entre le premier et le second tour?

Gaël Sliman, Directeur de BVA Opinion
“Autant l’immense majorité des électeurs d’extrême-gauche, de Jean-Luc Mélenchon, quasiment neuf sur dix se préparent à se reporter au second tour sur François Hollande, autant les électeurs d’extrême-droite, ceux qui ont voté pour Marine Le Pen, sont beaucoup plus partagés. Moins de six sur dix se préparent à voter pour Nicolas Sarkozy et 20% seraient prêts à voter pour François Hollande”.

euronews
Quel pourrait-être le poids des abstentions et des indécis?

Gaël Sliman, Directeur de BVA Opinion
“On a une part très conséquente des électeurs qui comptent aller voter et qui nous disent qu’ils sont déjà sûrs de leur choix. Quant aux abstentionistes ils le sont aussi. On a entendu Marine Le Pen appeler à voter blanc voir à s’abstenir dans l’entre-deux-tours. Il est possible que si ses électeurs la suivent et bien la défaite de Nicolas Sarkozy soit encore plus large que ce qui est prévu pour le moment. Au contraire, si les électeurs du Front national se mobilisaient, à ce moment là et bien peut-être que cela pourrait permettre à Nicolas Sarkozy de resserer l‘écart avec François Hollande”.

Giovanni Magi, euronews
“Ce sont des jours très chargés pour les sondeurs. Mais, mise à part les statistiques, c’est le climat de la campagne qui continue de surchauffer. D’ici à dimanche, fort est à parier qu’il y aura certainement d’autres occasions de débat, de discussion et de controverse”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'ONU lance un avertissement aux deux Soudans