DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Pologne et Poutine dénoncent les appels au boycott de l'Ukraine


Autriche

La Pologne et Poutine dénoncent les appels au boycott de l'Ukraine

Vladimir Poutine a estimé jeudi qu’il ne fallait pas mêler sport et politique et la Pologne, co-organisatrice avec l’Ukraine de l’Euro 2012 de football, a réaffirmé son rejet de tout appel au boycott alors que le sort
de l’ex-Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko trouble les ultimes préparatifs du tournoi.

Plusieurs pays de l’Union européenne, Allemagne en tête, ont annulé des visites en Ukraine pendant le championnat d’Europe des nations, du 8 juin au 1er juillet, pour protester contre le traitement infligé à Ioulia Timochenko. “Aucune circonstance ne permet que l’on mêle le sport à des questions politiques, économiques ou autres”, a condamné Vladimir Poutine, cité jeudi par l’agence de presse Itar-Tass.

“On devrait laisser le sport à l‘écart”, a ajouté le président élu de la Russie, qui retrouvera lundi le Kremlin à
l’occasion de sa prestation de serment.

A ce jour, aucun mouvement ne s’est vraiment structuré pour exploiter la tenue de la moitié des matches de la compétition en Ukraine afin de réclamer la libération de Timochenko. Mais la chancelière Angela Merkel a fait savoir qu’elle ne se rendrait en Ukraine que si Timochenko est libérée de prison d’ici là.

“Tout projet de déplacement est lié au sort de Mme Timochenko et au respect de l‘état de droit en Ukraine”, a
déclaré lundi le porte-parole du gouvernement fédéral, Georg Streiter, confirmant une information révélée la veille par l’hebdomadaire Der Spiegel.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a lui aussi indiqué qu’il ne prévoyait pas de se rendre en Ukraine. De son côté, la commissaire européenne à la Justice, Viviane Reding, a exhorté le président de l’Union européenne de football (UEFA), le Français Michel Platini, à évoquer le dossier Timochenko avec les responsables ukrainiens.

Le président russe élu, Vladimir Poutine a déclaré jeudi être prêt à accueillir l’opposante ukrainienne emprisonnée Ioulia Timochenko pour la soigner en Russie, avant de critiquer les menaces et annonces d’un boycott politique de l’Euro de foot en Ukraine.

“Si Ioulia (Timochenko) juge cela possible et si les autorités d’Ukraine sont d’accord, c’est avec plaisir que nous accueillerons Ioulia Timochenko pour la soigner”, a-t-il dit, selon des images de la télévision russe.

(Reuters)

Prochain article

monde

Chen Guangcheng demande l'asile politique à Washington