DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : austérité, grogne sociale et nouveau bond du chômage en mars

Vous lisez:

Italie : austérité, grogne sociale et nouveau bond du chômage en mars

Taille du texte Aa Aa

Le chômage, une bombe à retardement au même titre que la dette, pour l’ensemble de l’eurozone?

En Italie, le taux de chômage frôle désormais les 10 %. Nouvelle hausse en mars et nouveau record chez les 15/24 ans : 36 % d’entre eux sont sans emploi.

Des chiffres, qui ne sont pas vraiment vecteurs de motivation. Devant une agence pour l’emploi de Rome, Laura, comptable, déplore son instabilité professionnelle :

“Les employeurs cherchent des cibles plus jeunes. Moi j’ai 32 ans, mais ils préfèrent des gens de 30 ans maximum. Et en général, ils proposent des contrats à durée déterminée, de courte période.”

Difficile dans ces conditions de se projeter dans le long-terme et de fonder une famille.
Selon l‘économiste Jean-Paul Fitoussi, enseignant à l’université LUISS à Rome, les jeunes n’ont pas d’avenir.

“Ceux qui sont déjà insérés dans le marché de l’emploi et qui perdent leur job n’ont pas plus d’avenir, ajoute-t-il. Donc c’est difficile d’accepter cette rupture avec ce lien majeur qui vous connecte à la société, ce que j’appelle le capital social, on peut s’attendre à ce que la situation dégénère.”

Perspectives de récession, et mesures d’austérités
alimentent la grogne sociale en Italie.
Le président du Conseil Mario Monti a décidé de consulter les italiens : comment économiser plus de 4,2 milliards d’euros en 2012, leur demande-t-il ? Ils pourront s’exprimer sur internet.