DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour sur la campagne

Vous lisez:

Retour sur la campagne

Taille du texte Aa Aa

“Oui, je suis candidat à l‘élection présidentielle”.

C’est parti. Nicolas Sarkozy annonce qu’il sera candidat à l‘élection présidentielle à peine 2 mois avant la date des élections. Le champ de bataille c’est l‘économie, dès la première minute.

“Je vais vous dire qui est mon adversaire. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera donc pas élu. Et pourtant, il gouverne, cet adversaire c’est le monde de la finance” dit François Hollande le 22 janvier.

L’Europe est au coeur du débat. Nicolas Sarkozy est vu comme le garant du pacte de stabilité budgétaire dans une Europe étranglée par la crise, aux cotés de la chancelière allemande Angela Merkel.

Austérité, non pour François Hollande, qui a affirmé dès le départ que s’il arrive à l’Elysée, il renégociera le traité de discipline budgétaire:

“Notre Europe peut être le levier et la solution, sauf si elle se condamne à l’austérité, ce que le candidat sortant a choisi comme orientation avec la chancelière allemande”.

Et toujours, l’ombre des pays voisins vus comme un danger à éviter d’après Sarkozy : “Est-ce qu’il y a un français qui souhaite pour la France la situation que connaissent la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Irlande, l’Islande?”.

Des questions secondaires vont aussi occuper le terrain plusieurs jours comme la polémique sur la viande halal. Lancée par le Front national, elle va créer le malaise dans la classe politique.

Les tueries de Toulouse et de Montauban, qui ont coûté la vie à sept personnes s’invitent brusquement dans la campagne, suspendue pendant trois jours, courte période d’unité nationale avant la reprise d’une campagne centrée alors sur le thème de l’immigration.

Il prendra de plus en plus d’importance pendant l’entre-deux tours, un appel clair aux votants de Marine Le Pen: “La frontière, c’est l’affirmation que tout ne se vaut pas. Que entre le dedans et le dehors, ce n’est pas la même chose. Que entre nous et les autres, il y a une différence” dira Nicolas Sarkozy.

Au lendemain des grosses manifestations du 1er Mai, le débat télévisé entre les deux finaliste sera le point d’orgue de la campagne. L’immigration, l’emploi, la dette et l‘éducation seront les points chauds de ce face-à face sur lequel les deux candidats ont tout misé.