DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sauvegarder la paix au Liban

Vous lisez:

Sauvegarder la paix au Liban

Taille du texte Aa Aa

Pour sa première visite officielle à Bruxelles le chef du gouvernement libanais, Najib Mikati, nous a accordé un entretien dans lequel il revient notamment sur la situation en Syrie.

Charles Salamé, Euronews:
“Monsieur Najib Mikati, Président du conseil des ministres libanais, Bienvenue sur Euronews.
L’Union européenne qui est submergée par les dettes et les changements politiques, accorde au Liban des aides supplémentaires, comment voyez-vous cela ?”

Najib Mikati, Président du conseil des ministres libanais : “L’Union Européenne apporte son soutien aux pays arabes et méditerranéens qui sont en train de devenir des démocraties. J’estime que l’Union Européenne, qui aide les nouvelles démocraties, doit trouver opportun d’apporter son aide aussi au Liban. Notre pays incarne et partage historiquement avec l’Europe les valeurs de la démocratie et de la liberté. Et c’est matérialisé par ce partenariat réel.”

Euronews : “Le président de la Commission Européenne, José Manuel Durrao Barroso, a déclaré qu’il encourageait le Liban à faire le nécessaire pour adhérer à l’Organisation Mondiale du Commerce et qu’il y apporterai son soutien.”

Najib Mikati : “Le Liban a franchi jusqu’à présent 80 pour cent des étapes de son adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce. Nous complèterons la procédure dès que le parlement libanais adoptera 8 lois nécessaires à cette adhésion. Or il est apparu que ces huit lois ont besoin de certaines adaptations depuis qu’elles ont été soumises à l’assemblée législative par le précédent gouvernement.”

Euronews : “Président Mikati, le Fond Monétaire International classe la croissance au Liban comme étant la huitième plus rapide parmi les pays arabes, juste après celles des pays du Golfe producteurs de pétrole. Pourtant le Liban a une dette publique qui s’élève à 50 milliards de dollars ? Comment est-ce possible ?”

Najib Mikati : “La stabilité monétaire est très importante dans notre pays, où malgré l’endettement public très élevé, leLiban peut toujours emprunter en dollars, avec des taux d’intérêt de 6% sur quinze ans. Un tel taux n’est même pas accordé à certain pays européens. Des pays dont on est sûrs qu’ils ne peuvent même pas obtenir d’emprunts à ce taux et pour cette durée de 15 ans.”

Euronews : “La Belgique participe à la force de maintien de la paix au sud Liban, vous avez rencontré des responsables Belges ? Quel avenir pour la FINUL au Liban ?”

Najib Mikati : “J’ai constaté chez les responsables belges et européens une volonté de maintenir leurs participation, essentielle à la force de paix au sud Liban. Et ce malgré une certaine diminution du nombre des soldats de certains pays comme la France et l’Espagne. Cela n’est pas un désengagement envers le Liban mais c’est une réduction d’effectifs d’ordre économique spécifique à certains pays.”

Euronews : “Les investigations ont-elles conduit à découvrir les auteurs des attentats commis contre la FINUL au sud Liban ?”

Najib Mikati : “C’est une question de sécurité. Il existe une coordination entre les autorités libanaises et la FINUL qui détient des renseignements à ce sujet.”

Euronews : “Va-t-on les publier ?”

Najib Mikati : “C’est une question de sécurité nationale.”

Euronews : “Monsieur Mikati votre gouvernement réunit des opposants au régime syrien ainsi que des pro-syriens. Pour certains milieux politiques en Europe la constitution de ce gouvernement a empêché l’éclatement d’une guerre dans la région.”

Najib Mikati : “Le Liban a intérêt de ne pas se mêler du conflit qui opposent les Syriens entre eux. Or le Liban, dont la société est partagée vis-à-vis des évènements en Syrie, n’a pas la capacité de changer le cours des évènements même si l’ensemble des Libanais et leur gouvernement se prononcent en faveur du régime syrien ou au contraire en faveur des opposants. Une prise de position nuirait à la société libanaise et je ne permettrai pas cela.”

Euronews : “Ne craignez-vous pas que cette politique perde de sa valeur si une intervention militaire était décidée contre le régime syrien ? Craignez-vous cela ?”

Najib Mikati : “Notre politique se résume actuellement à soutenir le plan de sortie de crise de Kofi Annan pour lequel plusieurs protocoles ont été signés. D’autres positions seront prises en fonction des résultats de l’application de ce plan.”

Euronews : “Ma dernière question Najib Mikati concerne le rôle du Liban dans le monde Arabe : a-t-il perdu son dynamisme ?”

Najib Mikati : “Le Liban a toujours été comme un pont entre les pays Arabes. Mais où sont ces pays aujourd’hui ? Où est la Ligue Arabe ? Le printemps arabe a provoqué des changements. Maintenant ces pays ont besoin de stabilité. Et après le Liban pourrait jouer son rôle. Mais pour l’heure, il faut œuvrer à maintenir la sécurité et l’unité nationale du Liban.”