DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La colère : maître-mot de ce scrutin législatif en Grèce

Vous lisez:

La colère : maître-mot de ce scrutin législatif en Grèce

Taille du texte Aa Aa

Colère, c’est sans doute le mot qui à lui seul pourrait résumer l‘état d’esprit des électeurs grecs.

Un ras-le-bol dont pourrait bien profiter les petites formations, comme comme l’Aube dorée, qui pourrait faire son entrée au parlement.

Pour les favoris, la recherche d’une majorité risquerait alors de relever du parcours du combattant.

“Je ne crois pas que tout aille pour le mieux, bien au contraire, s’insurge cet Athénien. Tout dépend de la volonté des gens à changer de mentalité, mais ça je n’y crois pas.”

“Tout ceux qui ont gouverné notre pays durant les deux dernières décennies, je veux qu’ils s’en aillent parce qu’il est évident que leur politique n’a abouti à rien, alors je n’attends rien de leur part. J’ai donc envie de voir de nouvelles têtes, de nouvelles personnes. Franchement, j’ai du mal à croire que cela puisse être pire qu’avant, réagit cette autre.”

“Bon, j’ai voté et ma pensée est allée à la prise de la Bastille. Ce soir, aura lieu la prise de la Bastille en Grèce. C’est la liberté, l‘égalité et la fraternité. C’est le changement de ce régime, martèle cet habitant.”

“Demandez-leur et les Grecs vous diront qu‘à compter du lundi 7 mai, plus rien ne sera jamais comme avant en matière de politique, souligne notre envoyée spéciale à Athènes. Le précédent système de bi-polarité sera de l’histoire ancienne et le pays naviguera alors en des eaux politiques jusqu’ici inexplorées. Sur l’ensemble des bureaux de vote à travers la Grèce, le résultat reste largement imprévisible, à la fois pour le berceau de la démocratie et l’Europe.”