DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Kamchatka, le paradis extrême des amateurs de freeride

Vous lisez:

Le Kamchatka, le paradis extrême des amateurs de freeride

Taille du texte Aa Aa

Les volcans et geysers de l’Extrême-Orient russe sont un must pour les aventuriers les plus audacieux. Dans ce numéro de Russian Life, nous partons à la découverte de la terre de feu et de glace : la péninsule du Kamchatka.

Situé entre la mer d’Okhotsk et l’océan Pacifique, le Kamchatka est une véritable terre de bout du monde. Une péninsule, déclarée zone militaire après la seconde guerre mondiale et dont l’accès fut interdit jusque dans les années 1990. Cet isolement a permis de préserver la beauté naturelle du lieu, devenu aujourd’hui un site idéal pour la pratique des sports extrêmes. Valentin Gavrilov est guide de montagne : “C’est une nature très sauvage. Et c’est ce que recherchent la plupart des gens qui viennent ici à savoir une nature sauvage immaculée.”

Kamtchatka

  • le Kamchatka est surnommé la terre de feu et de glace pour ses 414 glaciers et 160 volcans, 29 d’entre eux étant toujours actifs.
  • Le territoire de la péninsule a une surface de 464 300 km2.
  • La température moyenne durant l’hiver avoisine les -25 degrés et les 12 degrés en été
  • Le temps de vol depuis Moscou est de 8 heures 30.
  • Le Kamchatka abrite la plus grande concentration d’ours en Russie.

Le scooter des neiges reste le meilleur moyen pour traverser les vallées volcaniques parsemées de geysers. Cependant la plupart des endroits du Kamchatka ne sont accessibles que par les airs. L‘épaisse couche de neige, résultat de six mois d’hiver, est une aubaine pour les amateurs de freeride qui accèdent par hélicoptère aux sommets montagneux. “Pouvoir descendre des montagnes magnifiques, volcaniques, puis d’arriver au bord de la mer, c’est unique au monde. Quand on peut se l’offrir, on se l’offre et on se fait plaisir”, explique une snowboardeuse française.

Le Kamchatka abrite 10% des volcans actifs de la planète. Le risque de tremblement de terre et d’avalanche rend le ski hors-piste piste encore plus extrême. Nikolai Veselovskiy organise des sorties : “En principe, le ski alpin en dehors des stations est considéré comme dangereux. Mais ici, les sociétés qui organisent des sorties de freeride en hélicoptère, mettent à la disposition des skieurs des guides qualifiés qui assurent la sécurité.”

Cette région, qui fait la taille de la France et du Benelux réunis, n’attire jusqu’ici pas beaucoup de touristes. Même les Russes préfèrent pour la plupart les pistes des Alpes, plus sûres et plus pratiques. Mais pour certains de l’ouest européen, le Kamchatka, c’est le top. « Pourquoi faire tant de kilomètres quand on a les Alpes? Toute simplement parce qu’on découvre un autre pays. Les Alpes, c’est de très belles montagnes. Mais ici c’est autre chose. On a toute la liberté requise, on peut skier où on veux dans un paysage incroyable”, explique le guide français Denis Ailloud.

Il existe d’innombrables façons d’explorer le Kamchatka. Ces randonneurs enthousiastes explorent à pied les volcans et la beauté intacte de leurs sommets avant de redescendre à ski vers leur campement installé dans la vallée. Pour Victor, un snowboarder espagnol, “la nature dans les Alpes n’a rien à voir avec celle du Kamchatka. Ici tout est sauvage; le plus souvent vous pouvez skier dans des endroits où personne n’est jamais allé avant. Pour moi, c’est incomparable.»

Nul doute, la péninsule de l’Extrême-Orient russe constitue un défi de taille pour les aventuriers les plus téméraires.