DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : Poutine III

Vous lisez:

Russie : Poutine III

Taille du texte Aa Aa

Vladimir Poutine a retrouvé lundi matin son fauteuil de président de la Fédération de Russie. Facilement élu le 4 mars, dès le premier tour et avec près de 64% des suffrages, lors d’un scrutin contesté, le désormais ex-Premier ministre succède à son futur Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui va le remplacer à la tête du gouvernement, a annoncé Poutine dans la foulée de son investiture. Un jeu de chaises musicales pour le moins inhabituel.

A 59 ans, il a prêté serment pour ce qui est son troisième mandat, puisqu’il a déjà occupé cette fonction de 2000 à 2008. La Constitution l’empêchant de se représenter, il avait ensuite pris la présidence du gouvernement. Tout en conservant une réelle emprise sur son successeur.

Dans sa prestation de serment, il s’est engagé à “assumer toutes les responsabilités qui s’attachent à la Russie, ses intérêts, la sécurité et le bien-être des citoyens”. Qui, a-t-il précisé, “demeurent sa priorité”. “Nous entrons dans une nouvelle étape du destin de la Russie, a-t-il ajouté. En évoquant l’avenir économique du pays mais aussi un “renforcement de la démocratie”.

Cette annonce n’a sûrement pas convaincu ses opposants. En particulier, les 120 militants interpellés par la police en marge de la cérémonie d’investiture. Parmi eux, l’un des leaders de l’opposition, Boris Nemtsov. Dimanche déjà, les forces de l’ordre avaient dispersé sans ménagement un rassemblement de l’opposition. Il y avait eu des blessés. Et, pour ces opposants qui clament des slogans comme “Poutine Dégage !”, voilà qui ne cadre pas avec l’idée d’une démocratie renforcée…

D’autant que Vladimir Poutine, qui entame donc son troisième mandat, envisage déjà de se représenter dans six ans, et prolonger ainsi son bail au Kremlin jusqu’en 2024. Ainsi va la vie politique en Russie.