DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'opposition russe part en ballade contre Poutine


Russie

L'opposition russe part en ballade contre Poutine

Des opposants politiques russes ont inventé une nouvelle forme d’action pour protester : la ballade en masse. Dans la nuit de lundi, plusieurs centaines de personnes portant des rubans blancs (un symbole anti-Poutine) ont flâné, apparemment sans but et sans posters ni slogans, à travers le centre de Moscou. En réalité, la plupart des Moscovites connaissent leurs revendications : démission de Poutine du poste de président et de nouvelles élections législatives.

S’il n’est normalement pas interdit de marcher dans Moscou, même en si grand nombre, la police anti-émeute les ont quand même chassés d’un petit square en face du bâtiment de l’Administration présidentielle sur la Vieille Place de la ville. Les “opposants flâneurs” se sont ensuite déplacés vers le boulevard Chistoprudny, lieu de l’action de ‘Le Maître et Marguerite’, le roman de Mikhaïl Boulgakov. La manifestation fut pacifique et, à part à un moment sur la Vieille Place, la police n’est pas intervenue. Elle restait néanmoins présente au loin, en nombre.

Les dirigeants de l’opposition Alexei Navalny et Sergei Udaltsov avaient proposé que de telles “excursions” aient lieu indéfiniment et à toute heure du jour et de la nuit. Tout deux ont été emprisonnés par la police pendant la nuit puis, relâchés, se sont empressés d’aller rejoindre la foule sur Chistiye Prudy. Les flâneurs ont décidé d’organiser une autre marche fin mai ou début juin, la date sera décidée dans les prochains jours. Pendant ce temps, Sergei Udaltsov, qui dit qu’il n’a pas dormi depuis près de 3 jours, depuis la manifestation cruciale de dimanche sur la place Bolotnaya, est rentré chez lui. Des petits groupes de “flâneurs” trainent encore dans les rues mais l’orage prévu pourrait bien en les chasser.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ioulia Timochenko refuse d'être transférée de sa prison vers un hôpital