DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'emploi, point faible d'Obama


Etats-Unis

L'emploi, point faible d'Obama

En tête de la course à la Maison Blanche. Six mois avant l‘élection, Barack Obama distance de 7 points son rival républicain, porté par les électeurs indépendants et un léger optimisme sur l‘économie des Etats-Unis.

Mais la distance se resserre, à seulement deux points sur la capacité d’Obama et de son adversaire à créer des emplois.

Ne pouvant pas afficher un bilan économique porteur, le président a choisi comme slogan “Aller de l’avant” pour empêcher Romney de ramener le pays à la situation d’avant la crise qui l’avait plongé dans la récession : “Nous devons avancer vers l’avenir que nous avions imaginé en 2008, celui ou chacun a sa chance, chacun fait sa part, chacun joue selon les mêmes règles. C’est le choix de cette élection.”

Point faible pour Obama: l’emploi. Même si le taux de chômage est descendu à 8,1% en avril, une baisse sensible par rapport aux 10% atteints au plus fort de la crise, il est encore loin des 5% de début 2008. Petite amélioration confirmée par ce responsable d’un job center à Newark, dans le New Jersey, ou le chômage est à 15%: “Sur le terrain, on voit en moyenne entre 300 et 400 personnes chaque jour, et il y a beaucoup de gens qui cessent de venir et nous annoncent qu’ils ont trouvé un emploi. Ce n’est pas comme au plus fort de la récession ou je ne voyais pas ça du tout.”

Mitt Romney qui dépasse le président en terme de confiance sur la gestion de l‘économie, conteste cette baisse du chômage : “la raison pour laquelle il est passé de 8.2 à 8.1, ce n’est pas parce qu’on a créé beaucoup d’emplois, seuls 115.000 nouveaux emplois nets ont été créés. La raison, c’est que 340.000 personnes ont quitté le marché du travail. Beaucoup se sont découragés, et ont cessé de chercher du travail.”

Du coup, le président contre-attaque, il a envoyé au Congrès des propositions pour stimuler l‘économie: allant des facilités aux investissements dans les énergies vertes aux entraves ficales aux délocalisations, en passant par des mesures en faveur des emprunteurs immobiliers en difficulté.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rafael Monéo auréolé du prix Prince des Asturies dans la catégorie Arts