DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Algériens peu intéressés par les élections législatives

Vous lisez:

Les Algériens peu intéressés par les élections législatives

Taille du texte Aa Aa

Le taux de participation, et la montée des islamistes, ce sont les deux enjeux des législatives de ce jeudi en Algérie. Des affiches blanches recouvrent les posters des candidats, en signe de boycott. Ici les moins de 35 ans constituent les deux-tiers des Algériens. Ils n’ont guère d’illusion et beaucoup n’iront pas voter. Pour parer à un Printemps arabe, le pouvoir a pourtant mis en place des réformes, comme la levée de l‘état d’urgence et la promesse d‘élections honnêtes.
44 partis sont en lice, dont 21 nouveaux, et pour la première fois l’Union européenne a envoyé des observateurs.

Dans ce bidonville aux abords de la capitale, l’espoir d’une vie meilleure s’est envolé depuis longtemps. La pauvreté ou le terrorisme des années 90 ont installé là des habitants désabusés.

“Vous voulez que je vote, demande Gacem Rabeh, qui vit ici dans la misère. Pour qui faudrait-il que je vote? Trop de candidats sont venus ici en nous promettant de faire toutes sortes de choses, mais une fois qu’ils ont leur voix, on n’entend plus parler d’eux!”
Pour la première fois, les islamistes pourraient être majoritaires au parlement, à l’image de ce qui a émergé dans les pays voisins, après le Printemps arabe.