DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elections en Algérie : participation en baisse


Algérie

Elections en Algérie : participation en baisse

Les élections législatives d’aujourd’hui en Algérie sont présentées par les autorités comme un nouveau pas vers la démocratie. Mais cela ne suffit pas pour motiver les électeurs à se rendre aux urnes. Beaucoup n’iront pas voter, même si 500 observateurs étrangers ont été invités à surveiller le scrutin.

Le président Bouteflika a lancé des réformes, pour éviter le Printemps arabe qui a secoué la Tunisie, la Libye, et l’Egypte. Si ces réformes n’ont pas suscité l’enthousiasme des électeurs, elles ont convaincu les islamistes qu’ils l’emporteront. Ces derniers, modérés et fidèles au régime, devraient être majoritaires au parlement.

“Franchement, je n’attend rien des politiciens algériens, ça ne m’intéresse pas parce que tout est décidé d’avance”, dit une jeune femme.

“Il n’y a pas de travail. Pourquoi j’irais voter, tous les jeunes sont en prison. Ils me demandent d’aller voter, non je n’irai pas”, rajoute un jeune homme.

Dans un pays où 2/3 des habitants ont moins de 35 ans, la faible participation en dit long sur les désillusions de la jeunesse.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : un appel de plus pour stopper les violences