DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce, jamais deux sans trois ?


Grèce

Grèce, jamais deux sans trois ?

C’est le rendez-vous de la dernière chance en Grèce. A son tour, le socialiste Evangélos Vénizélos est chargé par le président du pays de former un gouvernement, après les élections de dimanche. Avant lui, le chef de l’extrême-gauche, arrivé second, s’y est cassé les dents. Idem pour les conservateurs, qui avaient pris la tête des législatives. Antonis Samaras a échoué lui aussi à former une coalition. Les politiciens grecs sont divisés en deux camps : les pro et les anti-austérité.

Une équation insoluble, un véritable casse-tête, dont l’issue pourrait être de nouvelles élections, au grand désespoir de ces deux hommes, rencontrés dans les rues d’Athènes :

“Je n’attend plus rien. Je pense que nous allons avoir une nouvelle élection, et c’est décevant.”

“Nous n’avons pas besoin de nouvelles élections. Tout le monde doit définitivement se mettre d’accord pour trouver un compromis pour le bien des Grecs.”

L’incertitude politique inquiète l’Europe. Elle met en garde la Grèce contre une sortie de l’euro, si elle devait revenir sur ses engagements de redressement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Crash du Soukhoï : pas de survivants, selon les secouristes