DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ecoutes téléphoniques en Grande Bretagne : Rebekah Brooks témoigne


Royaume-Uni

Ecoutes téléphoniques en Grande Bretagne : Rebekah Brooks témoigne

Rebekah Brooks a témoigné pour la première fois devant la Commission d’enquête Leveson: Une commission chargée de faire la lumière sur le scandale des écoutes téléphoniques pratiquées en Grande-Bretagne par l’ancien tabloïd de Rupert Murdoch, News of the World. L’ancienne rédactrice en chef a admis avoir évoqué l’affaire des écoutes avec David Cameron. Interrogée sur ses rapports avec le Premier ministre britannique, Rebekah Brooks a expliqué avoir reçu des messages “indirects” du bureau du Premier ministre ainsi que des ministère des Finances, de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

“Certains travaillistes m’ont également adressé des messages de compassion”, a-t-elle détaillé devant la commission. Le tabloïd The Sun, appartenant à Rupert Murdoch, avait soutenu le Labour avant de changer son fusil d‘épaule en faveur des conservateurs de David Cameron qui ont défait Gordon Brown en 2010.
Une audition embarrassante donc pour le Premier ministre britannique, qui lève une partie du voile entourant les relations entre la presse et le pouvoir en Grande-Bretagne.

Entendu ce jeudi, l’ancien porte-parole de David Cameron et ancien rédacteur en chef de News of the World, Andy Coulson, a démenti toute “grande conspiration” entre magnats des médias et hauts responsables politiques.

Le scandale des écoutes a débuté fin 2005 par la publication d’un article sur le prince William. Le palais de Buckingham soupçonnait l’article d’avoir été alimenté par l’interception clandestine de messages téléphoniques. Le dossier a rebondi en 2007 avec l’arrestation et la condamnation du chroniqueur de la cour du News of the World avant de prendre une nouvelle ampleur l’an dernier, touchant jusqu’au millieux politiques et policiers.

Prochain article

monde

Les Grecs devront sans doute reprendre le chemin des urnes