DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : tensions sur le terrain au lendemain des attentats de Damas


Syrie

Syrie : tensions sur le terrain au lendemain des attentats de Damas

Au lendemain des attentats de Damas qui ont fait 55 morts, la tension est montée d’un cran en Syrie. Les troupes gouvernementales ont ouvert le feu sur des manifestants dans le quartier de Tadamone à Damas, blessant au moins cinq personnes. Des dizaines de milliers de militants sont descendus dans les rues ce vendredi, pour réclamer une fois de plus la chute du régime de Bachar el-Assad.

A Alep, les forces syriennes ont annoncé avoir déjoué une tentative d’attentat à la voiture piégée. Le kamikaze, qui détenait plus d’un kilogramme d’explosifs à bord de son véhicule, a été abattu.

L’opposition pointe du doigt le pouvoir en place dans l’escalade de la violence. Burhan Ghalioun, président du Conseil National Syrien : “Nous remarquons que les attentats surviennent à un moment particulier. Ces attaques à la bombe ont commencé quasiment juste après que le régime a dû retirer son artillerie lourde et ses forces des villes, comme le stipulait le plan Annan. Donc nous pensons qu’il y a un lien entre cette disposition et ces attentats.”

Le Conseil de Sécurité de l’ONU, qui a déployé il y a un mois une vingtaine d’observateurs militaires en Syrie, demande au régime et à l’opposition de cesser toute forme de violence et de se conformer au plan de sortie de crise élaboré sous l‘égide de Kofi Annan. Il prévoit notamment un cessez-le-feu, officiellement entré en vigueur le 12 avril mais quotidiennement violé.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Israël : la grève de la faim des prisonniers palestiniens fait craindre une montée des violences