DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : échec des négociations de sortie de crise


Grèce

Grèce : échec des négociations de sortie de crise

La sortie de crise n’est pas pour demain en Grèce. Dimanche, les négociations menées par le trio arrivé en de tête des législatives sont restées dans l’impasse. Des rumeurs vite démenties évoquaient pourtant un possible accord entre les conservateurs, le Pasok, et Dimar, une formation minoritaire de gauche.

Antoni Samaras, chef de file des conservateurs, proposait quant à lui de prendre la tête d’un gouvernement intérimaire pour deux ans, et de maintenir la monnaie unique dans le pays. Mais l’extrême gauche, hostile aux mesures d’austérité imposées par les bailleurs de fonds européens, lui a adressé une fin de non-recevoir.

Dans ces conditions, la perspective de nouvelles législatives semble désormais quasi acquise, même si le leader socialiste affirmait ce dimanche faire preuve, d’“un certain optimisme”.

Leader de la coalition d’extrême gauche, Alexis Tsipras refuse de son côté d’assumer ce chaos politique, réaffirmant son hostilité à l’idée de participer à un gouvernement de coalition pro-austérité. Il faut dire qu’en cas de retour aux urnes, ce dernier arriverait en tête avec près de 20,5% des voix, selon les derniers sondages d’opinion.

En attendant, les formations ont jusqu‘à jeudi, date de la première séance du nouveau parlement, pour s’entendre et parvenir à un consensus. Dans le cas contraire, de nouvelles élections seront nécessairement convoquées pour le mois de juin prochain. Elles pourraient signer la fin de l’aide européenne et la sortie du pays de l’euro.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un nouveau coup porté aux négociations de paix en Afghanistan