DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jean-Marc Ayrault : le réformiste décomplexé

Vous lisez:

Jean-Marc Ayrault : le réformiste décomplexé

Taille du texte Aa Aa

Jean-Marc Ayrault est donc le tout nouveau Premier ministre français. À 62 ans, cet ancien professeur d’allemand arrive à la tête du gouvernement sans n’avoir encore jamais eu de portefeuille ministériel, mais avec l’expérience de Président du groupe parlementaire socialiste depuis 1997. L’image d’homme de dialogue, fin limier de la politique, accompagne le nouvel occupant de l’Hôtel Matignon.

Fidèle de longue date de François Hollande, Jean-Marc Ayrault, le réformiste décomplexé, comme on l’appelle parfois, partage le même rang à l’Assemblée depuis 15 ans.

Toutefois, son expérience exécutive se limite à la ville de Nantes, dont il est le 1er magistrat depuis 1989. Un proche collaborateur évoque l’un de ses traits de caractère :

“Il n’est pas froid, il est réservé. Mais dès lors qu’il est dans une occasion où il peut avoir une chaleur humaine qui lui permet de sortir de cette réserve, qui est une réserve dans le travail, Jean-Marc Ayrault est tout autre.”

Le développement de Nantes ces trois dernières doit beaucoup à l’action de Jean-Marc Ayrault, en particulier dans le domaine économique et culturel. Ce qui n’empêche pas certains de critiquer sa gestion des affaires locales :

“Les côtés négatifs ? On va dire mégalo. Un projet d’aéroport inutile et peut-être aussi un projet de nouvel hôpital qui n’a pas lieu d‘être. On pourrait faire à moindre coût.”

Jean-Marc Ayrault est aussi l’homme de confiance de François Hollande avec lequel il l’habitude de travailler. Une fidélité des premiers instants qui l’a conduit à faire de lui son conseiller spécial durant la campagne. Son rôle aura été de faire la liaison avec les partis européens de gauche, en particulier avec les sociaux-démocrates allemands.

Mais cette fois la partie s’annonce plus délicate avec la chancelière allemande et son entourage.

Dans la lignée du Président, le Premier ministre estime que le pacte fiscal est incomplet et qu’il est indispensable de lui ajouter un volet de croissance.