DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La croissance et la Grèce : au coeur du prochain Sommet informel

Vous lisez:

La croissance et la Grèce : au coeur du prochain Sommet informel

Taille du texte Aa Aa

Herman Von Rompuy a invité les 27 chefs d’Etat et de gouvernement européens ce mercredi pour un dîner. Un sommet européen déguisé, pour s’entretenir principalement de deux sujets : la croissance et la Grèce. Cet agenda occupe les esprits des députés au Parlement européen à Strasbourg, la veille.

Hannes Swoboda, président du groupe Socialiste & Democrates : “Nous sommes dans une phase d’investissement public historiquement basse, nous devons donc les développer.”

Guy Verhofstadt, président du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe : “J’espère qu’il peut y avoir un pas en avant en Allemagne même, mais de l’autre côté, c’est très claire, on ne va jamais sortir de la crise si on n’a pas ce marché obligataire unique en Europe et si on n’a pas un fond d’amortissement de la dette. On ne va jamais sortir de la crise. Pourquoi? Parce que des pays comme l’Espagne et l’Italie vont continuer à être confronté à des taux de 6 pourcent et plus.”

Joseph Daul, président du parti populaire, est catégorique. Concernant la Grèce, il n’y a pas plusieurs solutions.

“Si effectivement la crise s’aggrave et s’approfondit, il faut avoir un plan que la Grèce peut quitter l’euro. Moi, je suis très clair sur ce dossier-là, mais, à titre personnel, je dis aussi aux Grecques: il faut maintenant un langage de vérité et il faut assumer.”

Janis Emmanouilidis, chercheur au European Policy Center, ne partage quant à lui pas du tout ce point de vue. Nous l’avons interviewé et il nous explique, entre autres, pourquoi la crise s’aggraverait si jamais la Grèce sortait de la zone euro.