DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La gauche grecque tente de rassurer

Vous lisez:

La gauche grecque tente de rassurer

Taille du texte Aa Aa

En visite à Berlin, le chef du parti de la gauche radicale Syriza a affirmé que si son parti gagnait les législatives de juin, la Grèce resterait dans l’euro.

Alexis Tsipras, selon les derniers sondages, pourrait bien être le prochain chef du gouvernement grec.

Dans son programme, il envisage de renier les engagements du pays vis-à-vis du FMI et de ses partenaires européens :

“J’ai répété plusieurs fois que les élections du 17 juin ne veulent pas dire que nous allons quitter l’eurozone, bien au contraire, c’est une grande chance de sauver l’euro. Continuer la politique d’austérité et d’emprunts est un vrai problème. Si nous continuons de suivre le memorandum ainsi, la Grèce aura besoin d’un troisième plan d’aide dans quelques mois”.

Un discours ambivalent qui inquiète la communauté internationale… Christine Lagarde a conseillé à la Grèce d‘écouter le FMI si elle voulait garder l’euro.

Les Grecs sont rappelés aux urnes le 17 juin, après la dissolution du parlement élu le 6 mai, qui n’a pas permis la formation d’un cabinet.