DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Italie : il y a 20 ans, le juge Falcone était assassiné


Italie

Italie : il y a 20 ans, le juge Falcone était assassiné

20 ans après la mort du juge Falcone, l’Italie n’en a pas fini avec ses fantômes du passé.
Le 23 mai 92, le célèbre juge anti-mafia était assassiné.
“Nous sommes revenus pour ne pas oublier”, indique une pancarte à Palerme, où se tient une cérémonie du souvenir… Il y a là des milliers de jeunes débarqués de deux bateaux baptisés “les navires de la légalité”, mais aussi des ministres, Mario Monti et le président Napolitano sont également présents.

Cet anniversaire intervient dans un contexte difficile et trouble pour l’Italie.
Samedi, un homme faisait exploser une bombe dans un lycée de Brindisi, tuant une jeune fille. Coïncidence ou pas, le lycée en question porte le nom de l‘épouse du juge Falcone.

Même si l’hypothèse mafieuse semble aujourd’hui écartée, difficile de ne pas faire le lien avec les évènements du passé.

Ce 23 mai 1992, sur la route reliant l’aéroport au centre de Palerme, la voiture qui tranporte le juge Giovanni Falcone, sa femme et trois policiers d’escorte est éventrée par une violente explosion :
500 kg d’explosifs ont été placés sous le bitume. Des mois de préparation, à creuser.

Depuis près de 8 ans au pool anti-mafia italien, Falcone avait ouvert en 87 avec son ami le juge Paolo Borsellino le maxi-procès de Palerme
qui aboutira à 360 condamnations.

Le magistrat palermitain est bien décidé à débarasser l’italie de la plaie mafieuse, il devient alors la cible de Cosa Nostra. Il vit sous escorte 24h/24, mais continue sa lutte et impulse notamment la création de la DIA, une brigade antimafia.

Deux mois après sa mort, son collègue et ami Borsalino est également liquidé.

Le boss des Corleonesi, Toto Riina, surnommé “la bête” est arrêté en 1993, jugé puis condamné pour plus de 100 meurtres, dont ceux de Falcone et de Borsellino. Mais des zones d’ombres demeurent encore sur une éventuelle implication des services de sécurité italiens.

20 ans après la mort de Falcone, la lutte anti-mafia a progressé en Italie : une loi permet de confisquer les biens accumulés par les mafieux et les peines se sont durcies pour la criminalité organisée .

Mais ce fléau est loin d‘être éradiqué.

“La lutte contre la Mafia, la n’Drangheta, la Camora et autres associations terroristes, est aujourd’hui plus que jamais une priorité pour tout le pays”, a déclaré le président italien Giorgio Napolitano.

Prochain article

monde

Election présidentielle historique en Egypte