DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Essais cliniques en vue d'un vaccin contre le sida

Vous lisez:

Essais cliniques en vue d'un vaccin contre le sida

Taille du texte Aa Aa

La guerre contre le sida est encore loin d‘être gagnée, mais la recherche poursuit ses efforts. Les travaux de PX’Therapeutics notamment, pourraient permettre de faire un pas décisif vers un vaccin contre ce fléau.

“On développe un vaccin contre le virus du HIV, en utilisant une protéine du virus du HIV, qui est la protéine GP41, explique Nicolas Mouz, Directeur scientifique chez PX’Therapeutics. “Pourquoi la protéine GP41? Parce que c’est une protéine clé du mécanisme d’entrée du virus dans les cellules. (…) C’est une protéine qui permet de générer des anticorps neutralisants, qui est l’objectif principal du vaccin.”

Protéine GP41: souvenez-vous de son nom parce que cette protéine pourrait bien aider les chercheurs européens à vaincre l’une des maladies les plus pernicieuses au monde, le sida.

L‘équipe de PX’Therapeutics pense que le faible degré de variabilité génétique de GP41 va lui permettre de développer un vaccin véritablement novateur. Explications de Nicolas Mouz : “L’idée c’est de rechercher une réponse immunitaire des anticorps neutralisants au niveau des muqueuses. Pourquoi au niveau muqueuses ? Car près de 90% des cas de sida aujourd’hui sont dûs a des relations sexuelles.”

Ces chercheurs français participent à un projet européen qui a lancé au début de l’année une campagne d’essais cliniques. Ces essais, réalisés avec cinquante volontaires britanniques, vont durer 18 mois.

Lucile Marron Brignone est directrice pharmaceutique chez PX’Therapeutics : “Après chaque administration du produit on va vérifier s’il y a ou pas des effets secondaires. (…) L’autre objectif est d’avoir des éléments concernant l’immunogécité du produit, c’est à dire s’il genère ou pas une réponse immunitaire chez les patients ou chez les volontaires sains.”

Les premiers essais se sont bien déroulés, ce qui renforce l’espoir que cette expérience contribue à la mise au point d’un vaccin vraiment efficace, comme l’explique Nicolas Mouz : “On est probablement assez loin d’un vaccin sida, en revanche on considère que ce vaccin a un réel potentiel, et on peut imaginer que le futur du vaccin sida probablement correspondra à un mélange de plusieurs sous-unités vaccinales, et cet sous-unité vaccinale pourrait présenter une partie du future vaccin.”