DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : nouveau blâme du Parlement européen


Le bureau de Bruxelles

Ukraine : nouveau blâme du Parlement européen

Le Parlement européen, soutien indéfectible de Ioulia Timochenko. Pour la quatrième fois, il adresse un blâme aux autorités ukrainiennes, et pour la première fois, il utilise le terme de “ détenus politiques “. Un eurodéputé qui rendra visite ce week-end à l’opposante condamnée à 7 ans de prison, résume ce qu’il y a dans cette résolution.

“Elle est plus spécifique “, explique Johannes Cornelis Van Baalen. “ Il y a maintenant un accord entre Mr Schulz, le président du Parlement européen, et le Premier ministre ukrainien. Il s’agit de l’affaire Timochenko, du procès en appel, du fait qu’il doit être juste et équitable, du fait qu’elle devrait être bien soignée à l’hôpital et qu’elle devrait être vue par d’autres médecins étrangers. “

Quant à savoir s’il faut boycotter l’euro 2012, le Parlement européen invite chaque responsable politique à agir en son âme et conscience. Mais pour l’eurodéputé polonais Marek Siwiec, il ne faut pas sanctionner les Ukrainiens.

“Ce championnat est une très grande fête pour les Ukrainiens, ils en sont très fiers – les Polonais aussi bien sûr – mais les Ukrainiens sont très fiers de l’accueillir enfin, et si quelqu’un ne souhaite pas assister aux matchs, très bien, mais cela ne devrait pas être présenté comme un geste politique. “

La fille de Ioulia Timochenko, Eugenia, a fait le déplacement à Strasbourg où se réunissait le Parlement. Nous lui avons demandé si les législatives d’octobre pouvaient changer les choses en Ukraine. Voici ce qu’elle nous a répondu :

“Nous pensons que ces élections – et ma mère le pense aussi – seront les plus troubles de l’histoire ukrainienne. Nous en avons déjà la preuve, des candidats de l’opposition sont poursuivis, arrêtés, et il y a une immense pression sur les autorités locales pour un parti pris pro-présidentiel. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Mali : Un pays divisé