DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : les marchés en plein doute sur les banques

Vous lisez:

Espagne : les marchés en plein doute sur les banques

Taille du texte Aa Aa

“Il n’y aura aucun sauvetage extérieur” concernant le secteur bancaire espagnol : le premier ministre espagnol Mariano Rajoy l’a répété lundi alors que les besoins de Bankia, la banque la plus exposée aux actifs immobiliers, se chiffreront à plus de 23 milliards d’euros. Un sauvetage record qui fait douter les marchés lundi de la capacité de l’Espagne à affronter seule les besoins en capitaux de son secteur bancaire. Lundi la prime de risque de l’Espagne sur le marché obligataire a grimpé à un nouveau record.

Sauvetage extérieur ou pas, avec Bankia, le contribuable espagnol met déjà la main à la poche.

Ce n’est pas juste qu’on doive payer pour les dettes d’une entreprise privée que les dirigeants ont créées, affirme un madrilène. Non c’est pas juste

Signe de la suspicion qui pèse sur l’ensemble du secteur bancaire espagnol, lundi en bourse, même les plus solides d’entre elles comme BBVA ou Banco Santander sont pénalisées. Dans les premiers échanges le titre Bankia dévissait de 29%.

Vendredi soir la note de crédit de cinq banques espagnoles dont Bankia, Bankinter et Banco Popular avait été abaissée par l’agence Standard & Poor’s.