DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La dépression post-Eurovision

Vous lisez:

La dépression post-Eurovision

Taille du texte Aa Aa

Avec 372 points, le sacre de la suédoise (d’origine marocaine) Loreen au concours Eurovision de la chanson est incontestable.
A l’exception de l’Italie, tous les pays ont voté en faveur de la jeune femme et de sa chanson techno-pop “euphoria”.
Il s’agit de la cinquième victoire de la Suède dans le concours depuis celle du groupe ABBA il y a 38 ans, la précédente remontant à 1999.

Galina Polonskaya, euronews :
“Comment vous sentez-vous après avoir remporté le concours Eurovision, est-ce l’euphorie ?”

Loreen, gagnante du concours Eurovision de la chanson :
“Je crois que oui. C’est effectivement un sentiment d’euphorie, je me sens bien. C’est comme si quelqu’un me disait : ‘on comprend ce que vous avez créé, et nous aimons ce que vous avez créé, même si c’est différent’. C’est comme dire, vous êtes différente, vous êtes originale. Voilà il y a un moment où j’ai fini par réaliser que cette originalité, cette différence était un atout”.

Les grands-mères russes de “Bouranovskie Babouchki” sont arrivées en deuxième position avec 259 points. Elles ont été les premières à féliciter Loreen.

Plus de 100 millions de personnes étaient rivées à leurs écrans pour suivre la finale du concours.
Mais sur place à Bakou, des dizaines de milliers de fans avaient fait le déplacement.

Voici Ella Kastner. Cette bavaroise de 102 ans est une très grande fan de l’Eurovision. Elle était venue pour soutenir les grand-mères russes, comme l’explique son petit-fils…

Jo Kastner, petit-fils de Ella :
“Elle suit le concours Eurovision de la chanson depuis plus de 50 ans, toujours à la télévision. Mais l’année dernière à Dusseldorf elle avait pu assister à l‘événement en vrai pour la première fois de sa vie. Elle s‘était tellement amusée qu’elle a voulu renouveler l’expérience. J’ai dit OK on va essayer. Nous sommes à Bakou depuis une semaine”.

“Nous sommes Allemands mais nous avons soutenu le Danemark parce que Soluna, est ma nièce, la fille de mon frère, donc la famille avant tout”, explique Heike Wolf, une autre fan de l’Eurovision.

Le chanteur de l‘île de Malte Kurt Calleja a admis à euronews qu’il regarde le concours depuis son adolescence et que son rêve a toujours été de participer. Il a terminé à la 21è place devant la France.

Kurt Calleja, Malte :
“En tant que jeune chanteur je m‘étais dit, un jour je représenterais mon pays à l’Eurovision, et je suis là aujourd’hui, là c’est un peu la fin du chemin. C’est vraiment un grand grand rêve que j’ai vêcu ces deux derniers mois”.

Depuis plusieurs semaines, la capitale azerbaïdjanaise Bakou a été le centre d’attention culturel de l’Europe et de l’Asie.
Les autorités ont beaucoup investi pour permettre le développement du tourisme dans le pays.

“Une fois le concours Eurovision de la chanson achevé vous êtes à la fois content parce que vous avez trois super grands show et vous êtes aussi un peu triste parce que tout est fini. C’est ce qu’on appelle la dépréssion post-eurovision”, explique Sietse Bakker, le superviseur du concours. Et d’ajouter : “Il y a même un groupe sur facebook où les gens se retrouvent pour évoquer cette tristesse”.

A lire aussi : Eurovision : la grande conspiration