DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Palmarès de Cannes 2012 : l'autre jury


France

Palmarès de Cannes 2012 : l'autre jury

Si la Palme d’or remportée par ‘Amour’ de Michael Haneke parait faire l’unanimité au sein de la presse, il n’en va pas de même de l’ensemble du palmarès. Trop répétitif, ennuyeux, plat, voir décevant, les critiques ne manquent pas. Florilège :

Wolfgang Spindler,l euronews :
“Comment avez-vous trouvé la sélection pour la 65e édition ?”

Mariangela Castrovilli, Corriere Canadese (Italie) :
“Pas particulièrement brillante, il y a très peu de véritablement beaux films et beaucoup, beaucoup qui ne méritaient même pas d‘être en compétition.”

Carlos del Amor, TVE (Espagne) :
“Décevante… Je l’ai trouvée assez conservatrice, ça manquait de courage. Quatre réalisateurs avaient déjà reçu la Palme d’or par le passé, mais il n’y avait rien de vraiment neuf, rien qui brille, rien de vraiment inoubliable. C’est une des plus médiocres que j’ai couvertes.”

Martina Riva, SKY TG 24 (Italie) :
“La qualité des films à Cannes est toujours plutôt élevée. Cette année il n’y avait pas de chef d’oeuvre comme l’année dernière avec ‘The Artist’ ou ‘The Tree of Life’ de Terrence Mallick. Cette année il y avait des réalisateurs prestigieux mais pas de film coup de foudre.”

Karin Badt, The Huffington Post :
“Je suis à la fois satisfaite et insatisfaite. Satisfaite parce qu’il y avait de solides films à voir. J’ai beaucoup aimé au moins quatre films, mais il y avait aussi de très mauvais films, et par “mauvais” j’entends films à grand public qui étaient juste un peu vides. Je me suis sentie tour à tour choquée par la qualité et très contente de voir également quelques très bon films.”

Cette année le plus important festival de cinéma au monde, rendez-vous incontournable du septième art, ne restera vraisemblablement pas dans les mémoires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : la position russe